Forum de jeu de rôle sur l'univers de Dragon Age, jeu du studio Bioware. Affilié à Mass Effect RPG
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesPortail Bioware RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Rouge traquée

Aller en bas 
AuteurMessage
Vanielle Red
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 28/03/2011
Localisation : Dans le coeur des uns et le cauchemar des autres
Exprimez-vous! : La magie vient à bout de ce que la beauté n'arrive pas à dominer.

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Courtisane
Race: Humaine

MessageSujet: La Rouge traquée   Mar 19 Juil - 22:17

Le bourg de Gamelin était situé non loin de Golefalois, à moins d'une semaine de marche. Non loin de la côte du lac Calenhad, cette communauté peu prestigieuse était toutefois bien peuplée car on y trouvait toujours du travail en abondance. Qu'il s'agisse de couper du bois, d'agrandir le village, de pêcher dans la rivière locale ou encore de commercer avec les habitants, quiconque pouvait gagner un salaire à Gamelin, bien que parfois maigre au gré des saisons. En plein début d'automne, le travail battait son plein.

Si Vanielle avait choisi de se terrer dans un endroit qu'elle considérait comme une fosse sceptique empestant la morue, c'était parce qu'elle avait quelques amis ici qui pourraient bien lui être utiles. Il était souvent nécessaire pour l'apostate de se ressourcer en or, puisque ses voyages ne se finançaient pas tous seuls. S'il lui arrivait d'offrir ses faveurs de courtisane à un noble éventuel, ce qui lui rapportait beaucoup d'argent, elle tentait d'éviter ce genre de pratiques autant que possible pour des raisons qui la regardaient. Son métier de courtisane, après tout, n'était qu'une façade. Une façade qui lui convenait, certes, mais une façade.

À peine La Rouge était-elle arrivée qu'elle entra dans l'hôtel de ville, demandant à rencontrer le maire de Gamelin. "Dites-lui que la Rouge désire le voir pour une question urgente, en privé si possible" dit-elle au domestique qu'elle vit. Le jeune garçon alla quérir le maire, pour ensuite revenir. "Le maire est prêt à vous recevoir dans son bureau" dit-il, faisant avancer Vanielle plus loin.

Si les maires de Férelden n'avaient pas l'habitude de passer les journées enfermés entre quatre murs, celui qui s'occupait de Gamelin avait de nombreux plans de bâtiments à dessiner, à approuver et à régler, car la ville voulait se doter de nouvelles maisons solides avant l'arrivée de l'hiver. Accompagné de deux maçons, il leur donna quelques dernières directives avant de leur faire signe de partir à l'arrivée de Vanielle, qui attendait patiemment son tour. Lorsque les ouvriers eurent quitté, la Rouge ferma la porte derrière elle.

- Alors, chère dame, pourquoi m'avoir demandé?
- J'ai besoin d'or, Ofrom. Ne fais pas comme si tu ne savais pas qui je suis.
- Gamelin aussi a besoin de payer ses nouveaux bâtiments, la Rouge. Le village ne s'agrandira pas tout seul.
- Je ne demande pas une centaine de souverains, que je sache! J'ai besoin d'or, mais je n'exige pas une fortune.
- Et que me donnes-tu en échange?

La jeune femme approcha du maire, un sourire aiguichant sur le visage, et passa sa douce main dans les cheveux épars et sombres de l'homme légèrement bedonnant.

- Ça ne semble pas aller très bien avec ta femme, ces jours-ci, n'est-ce pas?
- Comment le sais-tu?

Vanielle laissa échapper un petit rire coquin.

- Il suffit de regarder dans tes yeux, Ofrom. Les gens en laissent bien plus paraître d'eux-mêmes que ce qu'ils voudraient. Je crois savoir ce que tu voudrais en échange de ton or...

L'apostate passa ses doigts sur la peau rugueuse du maire, frottant doucement ses bras et son torse velu. Son sourire enchanteur attira immédiatement l'attention de l'homme d'âge mûr, qui ouvrit légèrement la bouche comme pour accepter un éventuel baiser. Puis, au moment où la Rouge approcha sa bouche de la sienne, il se sentit poussé contre son bureau et s'effondra presque sur le meuble, surpris. Vanielle se mit à ricaner.

- P-pourquoi arrêtes-tu?
- Ta femme serait très fâchée d'apprendre ce que tu as fait avec la belle étrangère dans ton bureau, n'est-ce pas?
- Je me fiche de ce que pense ma femme!
- Et les autre? Ceux qui t'ont élu? Que penseront-ils si ta femme leur apprend que tu la trompes avec une femme que tu connais à peine?
- Ma femme ne te croira pas!
- Vraiment? Dans ce cas, j'irai la voir.

Cependant, quand Vanielle tourna les talons pour sortir du bureau, le maire se redressa d'un bond et se jeta vers elle. "Non, attends! J'ai l'argent! Combien veux-tu? Que dis-tu de deux souverains?" Un sourire narquois s'afficha sur le visage de la jeune femme, sachant qu'elle avait gagné. Quelques minutes plus tard, elle quitta l'hôtel de ville avec une bourse de cinq souverains. Décidément, ce maire tenait à garder son poste et, malgré toute son honnêteté et sa bonté, Vanielle avait rapidement décelé chez lui une énorme insatisfaction, un grand désir inassouvi. C'était, de toutes ses victimes, ses préférées : les hommes forts devant leurs semblables, mais faibles devant une femme qui dévoilait ses charmes. Ceux-là, elle pouvait bien souvent leur soutirer ce qu'elle voulait sans même avoir à leur offrir quoi que ce soit. La mage de sang déambula donc dans le village après avoir compté discrètement ses pièces...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Landeric
Qui êtes-vous?
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 04/07/2011
Age : 24

Feuille de personnage
Pays d'origine: Ferelden
Profession / rang: Mage/Mage du cercle
Race: Humain

MessageSujet: Re: La Rouge traquée   Mer 20 Juil - 2:56


11 jours de marches… Me voila enfin aux portes de Gamelin. Cette ville grouillait d’activités, surtout en cette saison. Alors que les premières feuilles d’Automne tombaient des arbres entourant le bourg, ses habitants quand à eux, s’attelaient à la rénovation et à la fabrication d’habitation capable de les protéger efficacement pendant l’hiver qui s’annoncer rude. Alors que j’entamais ma marche à travers la petite ville, je sentis se poser sur moi des regards, ce n’était pas simplement des petites œillades mais plutôt des regards pesants, apparemment les mages ne sont pas les bienvenue ici, la prudence était de mise.

Maintenant que je suis enfin arrivait, il ne me tarde de commencer mes recherches. La jeune femme devait elle aussi se trouvait ici mais ou ? Et pour combien de temps ? Ces deux questions était simple à répondre : pour la première, il faudrait tous simplement demander à la population local si il avait vue récemment une étrangère, cette communauté semblait vivre en parfaite autarcie, les ressources premières était collecté par les bucherons qui était ensuite transformé par les artisans du village, la nourriture quand à elle provenait essentiellement du lac et de ses environs, bien que je ne doute pas que quelques marchands de passage s'arrêté ici pour vendre leurs babioles, la femme que je recherchais était quand à elle, totalement différentes des gens que l’on avait l’habitude de croiser.
Pour commencer mon enquête, il fallait que j’interroge un habitant mais qui ? A en voir leurs visages, les occupants de Gamelin ne dirait pas non pour allumer un grand bucher capable de les réchauffer surtout si au passage ils pouvaient se farcir un petit mage… Alors que j’étais perdu dans mon raisonnement, je sentis quelques choses se cogner contre moi.

- Oups ! Excusez-moi Monsieur ! J’étais en train de jouer à Trappe Trappe pas avec mes amis, je ne vous avez pas vue !

Un enfant ! Parfait, ces petits êtres emplit d’innocence sont toujours d’une franchise exemplaire que l’on perd malheureusement une fois adulte… Enfin bon, j’étais sûr que ce bambin ne dirait pas non contre un peu d’argent de poche. Je me baissais légèrement afin de me mettre à sa hauteur.

- Ce n’ai rien mon jeune ami mais dis moi, voudrait tu te faire de l’argent simplement et rapidement ?
- Oui bien sûr ! Mes parents m’ont toujours appris à ne pas cracher sur l’argent !
- Bien, je suis à la recherche d’un dame, elle a fait des choses pas très gentils et on ma demandais de la gronder, alors, aurait tu vue une madame différentes de celles que tu connais ?
- Huuummm… Oui, je crois avoir vue une étrangère il y a pas très longtemps, je m’en souviens parce qu’elle me rappelle maman, parce que comme elle, elle très belle.
- Tu te rappelle ou elle est allait ?
- Oui Oui ! Elle se dirigeait vers la mairie !

Je ne pus m’empêcher de lui sourire, je lui frotta la tête puis me releva sans oublier de lui donner son dus, je sortis donc une pièce en argent de ma besace et le lui glissa dans sa main, à ce moment la, son regard s’illumina comme si je venais de lui donner la dernière relique à la mode d’Andrasté.

- Merci Monsieur, merci beaucoup !

Il partie finalement en courant retrouver ses copains pour leurs montrer sa nouvelle fortune. Cette rencontre me mis du baume en cœur mais il ne fallait pas oublier ma mission, je devais encore retrouver cette maléficienne, je mis donc en route vers la mairie. Alors que j’approchais de l’hôtel de ville, je sentie une nouvelle fois encore se poser des regards sur moi mais cette fois si, les murmures était de la partie, en effet, je croisais régulièrement deux ou trois passants m’observer tous en discutant à voix basse sans s’arrêter tout en continuant à me regarder. Je m’efforçais de faire comme si je ne me rendais pas compte afin d’éviter tous effusion de sang inutile. J’arrivais enfin devant la mairie.

- Que désire monsieur ?
- Je désire parler au maire de cette charmante ville, c’est le cercle qui m’envoie.
- Bien Monseigneur, je vais l’informer de votre visite, si monsieur veut bien patientez

Au bout de quelques minutes le domestique revînt dans les pièces m’informant que le maire accepté de me rencontrer. Quand j’entrai t dans son bureau, le gérant de Gamelin était occupé à remettre en ordre son bureau, qui apparemment avait mis en désordre il y a peu.

- Que me vaut cet honneur cher mage ?
- L’honneur est partagé, le cercle m’envoie ici à la recherche d’une maléficienne qui se fait appeler « La Rouge », on m’a informé quelle c’est rendit ici il y a peu. Pouvez-vous m’en dire davantage ?
- N… Non, je… Je n’ai jamais rencontré de maléficienne et surtout pas de « La Rouge »
- Pourquoi semblait vous aussi tendus ?
- Je… Je ne suis nullement tendu et puis… Je ne voie pas ce que vous voulez dire par la !
- Vous savez, couvrir une apostat est un crime grave, surtout si, de prime cette apostat se trouve être maléficienne.
- Je vous ai dis que je ne savais rien !
- Très bien… Je vous crois dans ce cas.

Bien sûr je ne pensais pas un seul mot de ce que je venais de dire, le seul moyen de lui arracher des informations était de lui forcer la main et si sa langue ne souhaite rien dire, alors son esprit me communiquera ce que je souhaite.

- Qu’es ce que… Arrrrgggg !

Je concentrai s mon esprit sur le sien, je ne rencontrais qu’une faible résistance mentale, ce que je vie d’abord m’attrista, cette homme avait à plusieurs reprise, tentait de se suicider à cause de sa femme, cette homme était totalement soumis à sa femme qui le maltraité avec un plaisir malsain. Je me concentrais davantage et au bout de quelques instants, je tombais enfin sur ce que je désiré. Apparemment la Rouge était venu lui rendre une petite visite de courtoisie… Apparemment elle a besoin d’argent mais j’ignore pourquoi, en revanche je sais maintenant à quoi elle ressemble, j’ai désormais un coup d’avance sur elle. Une fois les réponses à mes questions obtenue, je rompue le contact.

- Arg… Cette douleur… D’où provenait-elle ?
- Je l’ignore, vous vous êtes mis soudainement à hurler, comme ça, sans raison. Je vous conseil le repos.
- Vous… Vous avez certainement raison, sans doute le surmenage.
- Bien je vais prendre congé désormais, Monsieur.
- Oui bien sûr, j’espère que vous trouverez ce que vous recherchez.
- Je pense trouvez rapidement « La Rouge » ce n’est plus qu’une question de temps. Au revoir Ofrom
- Au revoir… Mais ?! Comment savez-vous ?

Sans en dire davantage je quittais les lieux, l’apostat se trouvait encore dans le village, j’espère bientôt lui tomber dessus, ce n’est plus qu’une question de temps. Alors que je venais à peine de sortir de la mairie, une trentaine de villageois commençaient à m’entourer, la plupart était armée de faux et quelques un d’épée rudimentaire, cela me prévoyait rien de bon.

- Sale Vermine ! Ici on n’aime pas beaucoup les étrangers surtout ceux de ton espèce, nous savons désormais que se sont les mages qui sont responsables de l’invasion des mort vivant sur notre village et celui de GoleFalois, tu va payer pour tous ça !

On pouvait voir dans ses yeux que toutes discussion était impossible, il va falloir combattre même si l’issue de la bataille tourne plutôt à mon désavantage…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanielle Red
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 28/03/2011
Localisation : Dans le coeur des uns et le cauchemar des autres
Exprimez-vous! : La magie vient à bout de ce que la beauté n'arrive pas à dominer.

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Courtisane
Race: Humaine

MessageSujet: Re: La Rouge traquée   Mer 20 Juil - 20:27

Tandis que la jeune femme s'apprêtait à entrer dans la taverne locale afin de prendre un bon repas avec son or fraîchement obtenu, elle fut interpellée par un petit garçon d'à peu près huit ans qui manqua de la percuter alors qu'il courait vers elle. Vanielle afficha une moue de dégoût en apercevant les mains sales de l'enfant frôler le tissu de ses magnifiques vêtements écarlates. De toutes les choses que l'apostate détestait, les enfants étaient facilement parmi les trois pires, après les animaux et les monstres, pour la simple bonne raison que ces trois choses étaient sales, bruyantes et tout simplement trop bêtes pour communiquer correctement.

- M'dame, m'dame! J'crois qu'un monsieur vous cherche, y m'a demandé si j'vous avais vue! C'est votre amoureux?

Vanielle haussa les sourcils, ne comprenant pas de quoi le gamin parlait. S'il avait voulu parler d'Ofrom, il aurait certainement ajouté que l'homme en question était le maire, car cet enfant vivait à coup sûr à Gamelin. Non, il devait s'agir d'un autre étranger, puisqu'il avait simplement mentionné qu'il s'agissait d'un homme qu'il ne semblait pas connaître. Qui cela pouvait-il être?

- De quoi avait-il l'air?

- J'crois que c'était un mage, il avait un bâton magique comme dans les contes!

- Il t'a dit pourquoi il me cherchait?

- Il a dit qu'il voulait vous gronder! dit-il en tentant d'étouffer un petit rire gêné.

Le regard de Vanielle se fit immédiatement plus autoritaire et elle agrippa le bras de l'enfant, qui sursauta. "Est-ce que c'est une blague, petit nigaud? Parce que si c'est le cas, tu vas voir que je n'ai pas le sens de l'humour!" Le garçon, effrayé, se débattait à peine et sembla sur le point de crier quand des bruits se firent entendre dans la direction de l'hôtel de ville. Relâchant le poignet de l'enfant, la mage se retourna pour aller voir ce qui se produisait. Une petite foule était rassemblée devant la mairie et la plupart des gens portaient des armes improvisées. Tout cela n'avait pas l'air très rassurant et Vanielle, pendant un moment, eut l'impression qu'Ofrom était peut-être en train de rassembler des paysans pour les mener contre elle. Elle serait facile à accuser, après tout : il suffisait simplement qu'on prouve qu'elle était une apostate et elle pouvait se retrouver sur un bûcher d'ici ce soir!

Aux premières mentions d'un mage, elle frissonna, mais fut vite rassurée de voir qu'on parlait d'un tout autre pratiquant de la magie. C'était un homme, bloqué entre la mairie et la foule, portant un bâton et une toge du Cercle. Était-ce l'homme décrit par l'enfant? Si c'était le cas, elle avait peut-être intérêt à l'aider, car il la connaissait... mais peut-être valait-il mieux le laisser se démerder, puisqu'il pouvait très bien lui causer des ennuis s'il était un mage du Cercle! Gardant ses distances pour ne pas être vue, la Rouge observa la scène, amusée et curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Landeric
Qui êtes-vous?
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 04/07/2011
Age : 24

Feuille de personnage
Pays d'origine: Ferelden
Profession / rang: Mage/Mage du cercle
Race: Humain

MessageSujet: Re: La Rouge traquée   Jeu 21 Juil - 2:36

Je restais la, sans bouger au milieu de la foule, non par crainte mais plutôt par concentration, le combat allait être rude, pour l’emporter, une concentration maximal était plus que conseillait. Soudain un jeune du village âgé certainement d’une vingtaine d’année se mit à courir sur moi à toute vitesse armée d’une épée basique, au dernier moment je fis un demi-tour droit pour contrer son attaque, ce que je fis non sans mal, je réussissais alors à le faire reculer de quelques pas grâce à ma parade et juste avant qu’il ne puisse contre attaquer, je lui projeta depuis mon bâton une flèche électrique droit dans son estomac, le jeune s’écroula au sol encore en vie mais dans un état grave.

Je eu à peine le temps de souffler que trois nouveaux clients se lancèrent sur moi avec fureur, il fallait agir en conséquence… Mon mana devenais visible, celui si formant une sorte d’aura tous autour de mon être et mes yeux d’ordinaire bleu devinrent rouge vif. Je concentrais alors une grande partie de ma puissance dans mon bâton et je fis jaillir à ce moment une flamme d’une puissance terrifiante vers les trois inconscients, qui se mirent à hurler de douleur pour finalement mourir dans un long râle, la chair se détachant de leur os calcinés.

Cinq nouveaux habitants voulurent tenter leurs chances contre moi, d’un mouvement latéral je lançais de nouveaux mes flammes meurtrières mais deux d’entre eux parvinrent à résister à mon sort, les autres connurent le même sort que leurs prédécesseur… Les rescapés quant à eux, tentèrent de me découper en morceaux à l’aide de leurs faux, il était difficile pour moi de bloquer leurs coups mais grâce à un mouvement d’esquive horizontale, je réussissais à lancer un nouvelle éclair sur l’un des villageois qui s’écroula à son tour au sol, plein de rage le dernier du groupe de mécontent tenta une nouvelle attaque sur ma personne, je le contra sans mal puis lui fît regretter son geste en lui enfoncent violemment mon arme sur son torse, plié de douleur, il se mit à genoux, j’en profita pour l’achever à l’aide d’un puissant coup contre sa tête qui fît un demi tour sur elle-même.

Alors que je commencer à fatiguer une partie de la foule terroriser par le spectacle qui venait de voir s’enfuirent dans les ruelles du village, une dizaine d’entre eux restèrent sur place avant de m’attaquer la peur au ventre. Cette fois ci, les attaques venaient de tous les coter, j’utilisais alors tous ce qu’il me restait comme mana dans cette dernière attaques. Je projetais alors une puissante onde mentale qui renversa à plusieurs mètres mes adversaires, inconscient, seul l’un d’entre eux se releva, c’était un géant d’un mètre quatre-vingt battit comme un bœuf, armée d’une épée à deux mains et il n’avait pas l’air d’avoir apprécié mon attaque… Il tenta alors plusieurs attaques d’une force inouïe et l’une d’elle me désarma tout en me projetant au sol, je me relevais rapidement mais mon bâton m’était désormais inaccessible. Alors qu’il tenta une dernière attaque visant à me transpercer, j’esquivais son attaque par la droite en lui agrippant les poignets de ma main gauche puis en posant ma main droite sur son front, j’utilisais alors ma dernière carte : une lecture de l'esprit. Au bout d’un moment, son esprit était miens, l’homme s’écroula à terre en hurlant de toute ses forces, c’est à ce moment la que je coupais le contact en ramassant ensuite son arme qu’il avait laissait tomber. D’un grand mouvement je mis fin à la souffrance de l’homme en lui empalent sa propre arme dans sa gage thoracique.

- Repose en paix Pelihus car tu as vécue honorablement.

Je me mis à genoux devant le corps inerte du géant, à bout de souffle, Mon aura commença à disparaitre et mes yeux retrouvèrent leurs couleurs originel. Je levais mes yeux au ciel avant de remarquait qu’une jeune femme sublime m’observait depuis tous ce temps cachait derrière un arbre, cette incarnation de la beauté n’était autre que l’apostat.

- Beau combat, n’es pas La Rouge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanielle Red
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 28/03/2011
Localisation : Dans le coeur des uns et le cauchemar des autres
Exprimez-vous! : La magie vient à bout de ce que la beauté n'arrive pas à dominer.

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Courtisane
Race: Humaine

MessageSujet: Re: La Rouge traquée   Ven 22 Juil - 23:27

Vanielle fut témoin d'une scène de violence inouïe, d'une démonstration brutale de la supériorité de la magie face à une bande de gens mal entraînés et piètrement équipés. Les paysans qui voulaient attaquer le mage s'étaient tous jeté sur lui, parfois en hésitant grandement, pour ensuite être brûlés vifs ou projetés plus loin par des vagues d'énergie spirituelle. Même s'il sembla en difficulté pendant un instant, l'homme n'eut pas trop de mal à vaincre ses adversaires et s'en tira sans aucune blessure, ce qui était tout un exploit en considérant le grand nombre de ses opposants. Il était puissant et bien entraîné, nul doute là-dessus.

La Rouge resta plantée devant lui, observant les corps inertes des villageois vaincus, les bras croisés sur sa poitrine. Quand l'homme l'interpella, elle cacha mal sa surprise : même si elle savait que quelqu'un la cherchait, elle ne s'attendait pas à être interpellée de la sorte. Sur ses gardes, elle ne bougea pas de là où elle était, fixant son interlocuteur avec curiosité, mais aussi avec un certain dédain.

- Félicitations. Tu viens tout juste de massacrer une bande de pauvres inconnus qui ne savaient même pas différencier le bout pointu du manche de leurs armes. Je suis extrêmement impressionnée de voir un mage faire un usage aussi étendu de son pouvoir pour annihiler de modestes paysans. Avec tout le grabuge que tu viens de faire, tu peux être sûr que les templiers seront sur les lieux d'ici deux jours.

Haussant les sourcils, elle regarda la destruction que Landeric avait causée pendant le combat. Elle soupira, ne cachant aucunement son exaspération : peu importe qui était cet homme et ce qu'il lui voulait, il était, à ses yeux, un imbécile de la pire espèce qui rendait la vie dure à tous les apostats en se servant de ses pouvoirs de façon outrancière et abusive. Encore surprenant qu'il aie survécu assez longtemps pour apprendre des sorts de son niveau.

- Nul besoin d'aller en privé, puisque tu viens tout juste de tuer la moitié du village. Explique-toi. Comment me connais-tu et pourquoi me cherches-tu, au juste?

Vanielle, irritée, ne semblait pas très amusée par la situation et attendait une réponse avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Rouge traquée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Rouge traquée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Dragon Age RPG :: Cartographie :: ◄ Thedas :: Royaumes de Ferelden (DÉNÉRIM) :: La campagne Féreldienne-
Sauter vers: