Forum de jeu de rôle sur l'univers de Dragon Age, jeu du studio Bioware. Affilié à Mass Effect RPG
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesPortail Bioware RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la poursuite du temps perdu.

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Maître du jeu
Personnage non-joueur / Le démon du jeu.
Personnage non-joueur / Le démon du jeu.
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 14/01/2011
Exprimez-vous! : Je suis la voix du destin

MessageSujet: A la poursuite du temps perdu.   Mer 13 Avr - 12:23

Nom du RP : A la poursuite du temps perdu.
Statut :Terminé
Avec : Cap. Morgan Drake, Aërynn, Kailly
Localisation : : A l'auberge du pendu et dans la Basse Ville de Kirkwall.

L'auberge du Pendu.
Une taverne côtière que certains décriraient comme commune, voire "classique" ; pour d'autre en revanche c'est la plus belle taverne du monde, littéralement le paradis sur Terre...
A cette heure bien avancée de la soirée, la fréquentation de l'établissement arrivait à son paroxysme. Soldat en permission et marin buvaient de concert parmi les habitués.

Malgré cette ambiance joyeuse, l'on pouvais observer les allées venues d'individus ayant visiblement des affaires requérant plus de discrétion, rejoignant l'arrière salle.
La salle commune accueillait cependant, elle aussi, son lot de figure énigmatique.

Dans un coin prés de la porte un templier rougeaud et moustachu semblait éprouver toutes les pires difficultés du monde à se maintenir debout, balbutiant parfois des prières déformées à l'attention du créateur, lui suppliant de remplir sa choppe.
Non loin, accoudée au bar, une silhouette fine, enroulée dans une cape sombre dont le capuchon était soigneusement rabattu, discutait à mis voix avec le tavernier. Celui ci tendit un verre à son énigmatique client et lui indiqua un homme dans un coin de la taverne.
Mais l'attraction la plus animée de l'auberge, parvenant même parfois à couvrir les quelques musiciens présent, était un nain excentrique qui ne cessai de parler depuis maintenant de longues, très longues minutes.
Ce curieux personnage était assis nonchalamment sur une table face au bar, les pied appuyés sur un tabouret et il semblai s'adresser à un auditoire toujours plus nombreux et notamment à une jeune femme particulièrement attirante, portant une tenue plutôt provocante.
La belle jeune femme réajusta deux longue dague accrochée dans son dos avant de s'envoyer un godet cul sec, puis elle s'adressa au nains avec une voix enjouée et un grand sourire.


"- Aller Varric ! Raconte nous encore une fois l'expédition dans les tréfonds ! Je veux savoir ce que tu y ajoutera cette fois ci !
- Ah ! Ma belle Rivenienne ! Vous me froisser ! Vous me faites passer pour un fieffé affabulateur devant mon public ! Je ne conte jamais d'autre histoire que la vérité !
Mais soit, j'accéderai à votre volonté puisque tel est votre souhait !
"

Le nains se lança alors dans un long et passionnant récit épique que son auditoire écoutait avec le plus grand intérêt.
Plus loin, dans un coin du bar, la mystérieuse silhouette s'assit à la table indiquée par le tavernier, face à un homme à l'air particulièrement sournois.

Après quelques échanges, un homme debout a côté de la table lance un clin d'oeil à un complice posté plus loin. Celui ci s'empresse de sortir de l'auberge avec deux autre type à l'allure sinistre.
Peu de temps plus tard l'homme debout fini lui aussi par sortir sur un ordre de l'informateur attablé.


Dernière édition par Le Maître du jeu le Dim 26 Juin - 23:33, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragon-age-rpg.forumactif.com
Aërynn
Elfe / Ranger.
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Mer 13 Avr - 13:21

La jeune elfe n'aimait pas ce genre de taverne de marin, bien qu'elle en aie l'habitude. Trop d'opportunité de s'attirer des ennuis. En même temps à ses yeux, la ville entière semblait une source d'ennuis intarissable, plus vite elle l'aurait quitté mieux elle se porterait.
Malgré tout elle ne les craignaient pas, les deux cimeterres à sa ceinture pouvait en témoigner...Mais elle détestait se faire remarquer.

Elle s'approcha du comptoir et fis signe au tavernier, une pièce d'argent entre les doigts, signifiant clairement sa volontés d'acquérir plus qu'un simple verre. Celui ci tendit un verre à une femme toute en forme généreuse et à l'allure de catin. Apparence trompeuse sans doute car les deux lames qu'elle portait laissait aisément penser qu'elle savait s'en servir.
La femme discutait vivement avec un nains à l'apparence peu commune qui faisait l'éloge d'un certain "Hawke" qui avait - D'après lui - traversé une bonne partie des tréfonds et occis au moins la moitié des engeances cachées sous Thédas.

"- Sans Hawke nous ne serions jamais sortis vivant de ces maudit tréfonds, et ce malgré cette chère Bianca !"

A ces mots le nain brandit une immense arbalète qu'il épousseta d'un revers de manche. Malgré le récit totalement incroyable de cet énergumène, elle devait bien reconnaitre à cet affabulateur un certain dont pour les contes.
Cependant elle n'arrivait pas à savoir si le personnage de Hawke était un homme, une femme, un guerrier ou un mage, voir un démon, tant le récit laissai planer le doute. Une habile façon de créer un héros dans lequel chacun puisse s'identifier... C'était indéniable il avait un certain talent.

Le tavernier sorti l'étrangère de ses pensée en lui tendant un verre et en saisissant la pièces, puis il poursuivis à voix basse...

"- Que puis je faire pour vous ma bonne dame ?
- Je cherche des informations à propos d'un étranger qui aurait séjourné ici pendant quelques semaines il y à 3 ou 4 ans.
- Vous savez j'en vois passer du monde, en 3 ans des têtes inconnues j'en ai vu pas mal..."

Elle sortit une autre pièce d'argent qu'elle fit sauter de sa mains avant de la rattraper...

"- Un mercenaire, il aurait pu avoir à faire quelques contrat ici pour payer son séjour et peut être un bateau.
- Un mercenaire ? Allez poser la question à Janos là bas au coin, il à l'habitude d'engager des gars sans attache qui passent par ici...
- Merci."

La jeune femme laissa la pièce sur le comptoir et se dirigea lentement vers la table ou était assis l'homme. Elle s'assit sans un mot en tendant son godet vers le receleur.
Celui ci la reluqua autant qu'il pu avec un sourire grivois.

"- C'est pour quoi ma jolie ? Tu cherche du boulot ? Y'en as toujours pour des belle donzelle dans ton genre, a condition de pas avoir peur de payer de sa personne..."

L'homme souriait de plus belle, lançant un regard entendu à un homme adossé au mur derrière lui.
La jeune elfe écarta un peu les plis de sa cape, dévoilant les gardes de ses cimeterres, et elle sortis un souverain d'une petite bourse en cuir.

"- Je te conseille de garder ce genre de commentaire pour toi si tu veux pouvoir encore te servir des tes attributs un jour...
-l'homme garda le silence mais ne se défit pas de son sourire sournois.-
Je recherche un guerrier, un mercenaire qui a fais halte à ici il y à 3 ou 4 ans avant de reprendre la route. J'ai besoin de savoir ou il est allé.
- Écoute ma belle, des mercenaire j'en vois passer des tas par ici, avec ton or t'as mon attention, mais si tu veux qu'je t'aide va falloir m'donner un peu plus de précisions.
- Un homme grand, très musclé, qui se battrait avec une épée à deux mains, peu bavard et solitaire. Avec une tendance à bien choisir ses contrat et à fuir les templier. Il donne rarement son nom.
- Mouais j'ai peut être quelques types en tête, il était comment, blond ? Chauve ? C'était pas un certain Azric ton gars ?
- Non, cheveux et yeux noirs souvent dissimulé sous une capuche.
- Trois ou quatre ans hein ? Ça pourrais correspondre. Avec une pièce de plus, je t'amène voir le capitaine chez qui il as servis."

La jeune femme sortis une nouvelle pièce d'or de sa bourse et la fit rouler entre ses doigts agiles. L'homme qu'elle recherchait n'avait absolument pas le pied marin, il lui semblait bien improbable qu'il aie pu faire autre chose que traverser à bord d'un navire... Alors travailler....
Mais c'était sa seule piste et il aurai très bien pu payer ainsi son voyage.

"- Si je trouve les réponses que je veux tu en aura deux ... En attendant celle ci reste avec moi...
- Vous êtes dur en affaires ma jolie, mais soit. Toi ! Va dire à Bergor que "Janos viens le voir avec Questions".
Si vous n'y voyer pas d'inconvénient je vais d'abord aller payer ma consommation, j'en ai pour une minute...

- Tant que j'ai mes infos...."

La guerrière n'aimait pas du tout cet homme et sentait avec une certitude grandissante qu'un piège était à l'œuvre... Elle se dirigea vers le comptoir pour prendre un verre.
C'était sa seule piste. Elle n'avait pas le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan B. Drake
Pirate / Femme à poigne
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 11/04/2011
Age : 29
Exprimez-vous! : Dans chaque trahison, dans tout mal commis, c'est de Dieu qu'il est question.

Feuille de personnage
Pays d'origine: Anderfels
Profession / rang: Corsaire
Race: Humain

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Mer 13 Avr - 16:20

[Bon j'espère que ça ira]

« Capitaine ! Terre ! Terre ! »

Rascasse la vigie, d’origine Orlésienne hurlait à s’en faire péter le gosier. Trois mois de mer et quasiment que de la tempête. Elle avait failli perdre la moitié de l’équipage et l’autre souffrait de malnutrition. Satisfaite, la jeune femme s’autorisa un sourire amusé en regardant Monsieur Cornichon ramper dans sa direction, un rat gros comme son avant bras dans la gueule. Sa tête dégarnie et couturée de cicatrice devait s’ouvrir démesurément sur le corps mité de la créature. Les vivres se faisaient rares et la tension commençait à se faire sentir au sein de l’équipage. Dans quelques heures, ils atteindraient sains et sauf la Potence. Ce lieu l’avait toujours mis profondément mal à l’aise et les hautes statues de bronze, aux corps torturés, les mains placées devant des visages éternellement anonymes lui donnaient des sueurs froides mais il était hors de question d’attendre le prochain port. Elle fredonna doucement quelques bribes de vers qui lui revenait :

    « Ô Capitaine ! Mon Capitaine ! Notre voyage effroyable est terminé
    Le vaisseau a franchi tous les caps, la récompense recherchée est gagnée
    Le port est proche, j'entends les cloches, la foule qui exulte,
    Pendant que les yeux suivent la quille franche, le vaisseau lugubre et audacieux. »


Bientôt elle livrerait sa cargaison à qui de droit et serait payé généreusement. Ses hommes pourraient manger et boire jusqu’à rouler sur le sol et elle aurait la joie de retrouver la compagnie de la plèbe de la basseville, ses putains et son odeur de cuir et de sel.

La nuit était tombée quand ils atteignirent les gorges escarpées attenantes à la potence et une heure de plus pour arrimer la Catin Beuglante à bon port. La caravelle avait souffert des intempéries et il lui faudrait du temps pour se requinquer. Elle avisa Mad Tom Kidd, le Bosco du bord. Aussi large que haut, il arrivait à maintenir l’ordre même les jours où la révolte faisait rage dans leur cœur de flibustier et lui tapota virilement son bras poilu. Rassemblant son équipage sur le pont, elle s’adressa à eux du Gaillard Arrière. S’en suivit un joyeux discours où elle arrosa la moitié de l’équipage de surnom grotesque sous l’œil lubrique et impavide de Monsieur Cornichon avant de leur donner leur solde et de les envoyer dans les bras des filles de joies qui acculaient déjà la Catin Beuglante.

Une fois à terre, elle ajusta son tricorne et se faufila dans la cohue, ses armes cliquetants au moindre de ses pas tandis que les cloches de la Chantrie hurlait au dessus de leur tête. Elle imaginait déjà la fidèle se ruer dans la Chapelle pour aller faire leur dernière prière de la journée. Tout en ricanant, elle pénétra dans sa royale demeure : L’Auberge du Pendu. Le paradis de tout marin qui se respecte : des filles, une bonne ambiance et des camarades à qui raconter son histoire. Bref, L’auberge du Pendu était son point de chute dans la Cité des Chaînes et elle en était une habituée.

Ouvrant la porte avec fracas, elle se laissa envahir par un sentiment de bien être profond. Attablée au centre de la salle, une silhouette courte sur patte et d’une blondeur caractéristique était entrain de discourir sur les tréfonds. Ce bon vieux gros nain de Varric. Toujours à raconter des salades plus grosses que son arbalète.


« Bianca, cette chère Bianca. A elle toute seule, elle a au moins dû abattre un ou deux spectres des roches et le démon de la faim ! Ah le démon de la faim ! »

Le nain semblait en avoir pris un sacré coup dans le nez. Elle le salua de la main avant que son regard ne s’attarde sur la créature de rêves qui siégeait à ses côtés. Elle lui était pour le moins familière mais n’arrivait pas à remettre la main dessus. Ancienne amante, partenaire trompée, compagne de beuverie ? Décidant qu’elle irait faire un brin de causette plus tard, elle se rapprocha du comptoir et commanda une pinte de bière. Pinte qui fut avalée sans un mot et d’un long trait. Reposant son godet sur la table, elle en redemanda une seconde d’un geste de la main et se tourna vers la personne à sa droite. Une silhouette gracile et longiligne comme une branche de lierre emmitouflée dans une longue cape à capuche, sirotait sa boisson d’un air maussade. Bien qu’avisant les armes fortement aiguisée dont elle était sans nulle doute la propriétaire, les longs mois en mer obligeait Morgan à tenter une approche pour le moins vaseuse.

« Par la mer d’Ecume, c’est un crime de mettre une mine aussi attristée sur un visage si mignon ! Dites ce qui vous tracasse chaton, Morgan Drake peut sans nul doute régler votre problème ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërynn
Elfe / Ranger.
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Mer 13 Avr - 17:45

La guerrière elfe sirotait distraitement une liqueur de prune particulièrement maussade au bar, lorsqu'une jeune femme à l'apparence originale fit son entrée dans l'auberge. Ses atours et son accoutrement peu commun laissait entendre plutôt clairement son statu de capitaine, surement corsaire car on leurs prêtaient la réputation d'entretenir une apparence plus excentrique encore que les autres.
Après cette entrée bien peu discrète l'elfe ne lui prêtât plus aucune attention. Ainsi c'est à peine si elle se rendit compte de sa présence à ses côtés avant qu'elle ne lui adresse la parole.

" Par la mer d'Écume, c’est un crime de mettre une mine aussi attristée sur un visage si mignon ! Dites ce qui vous tracasse chaton, Morgan Drake peut sans nul doute régler votre problème !"

La jeune guerrière tourna vers sa bruyante interlocutrice un regard froid et assassin, ses yeux d'un bleu très clair tiraient sur le jaune au plus profond de son regard.
Malgré la totale indiscrétion dont avait fais preuve cette "Morgan Drake", aucune tête ne s'était détourné du nains au centre de l'attention générale, ce qui décrispa très légèrement la mystérieuse inconnue.

"Cela ne se voit il pas ? Je bois."

Le ton de la guerrière avait été glacial, voire cassant... Un peu trop peu être, elle se corrigea intérieurement sur un comportement aussi puéril, les capitaines de ce genre ne se laissai pas intimider pour si peu et n'avais généralement aucun scrupule à déclencher des bagarres pour un rien. Pendant quelques secondes elle avait oublier cet état de fait.
Non pas qu'elle eu peur d'être défaite, loin de là, mais elle frappai pour tuer, pas pour assommer. C'était une guerrière, une mercenaire forte de nombreuses bataille. Et elle rechignait à devoir faire couler le sang dans de telles circonstances.

La réalité était surement bien loin de ce cas de figure mais les années de fuite et de combat lui avait appris que la paranoïa avait parfois du bon.
Ce qui malgré tout ne l'avait pas empêchée d'accepter joyeusement de se jeter dans un piège quelques instant plus tôt.

Prévoyant une réaction violente de son vis à vis, elle saisit son gobelet de la mains gauche et glissa discrètement sa main droite sous sa cape, près de la garde de ses cimeterres.

"Je bois.
N'est ce pas là la vocation première d'une taverne ? Maintenant si vous n'avez rien de mieux à faire allez embêter quelqu'un d'autre....
.... Je vous prie ...
"

Et ce foutu informateur qui discutait toujours avec l'un de ses hommes au fond de la taverne...
Elle l'observa avec insistance...
Qu'attendait il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan B. Drake
Pirate / Femme à poigne
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 11/04/2011
Age : 29
Exprimez-vous! : Dans chaque trahison, dans tout mal commis, c'est de Dieu qu'il est question.

Feuille de personnage
Pays d'origine: Anderfels
Profession / rang: Corsaire
Race: Humain

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Mer 13 Avr - 19:21

"Cela ne se voit il pas ? Je bois."

Par la Sainte Culotte d’Andrasté, cette elfe était dépourvue d’humour. Agacer ses interlocuteurs étaient un met dont elle ne se lassait jamais. Morgan passa au crible la scène d’un œil inquisiteur. D’habitude sa gouaille naturelle arrivait à dérider le pire des blocs de marbre, d’une manière ou d’une autre. Ne se laissant pas dégonfler, elle soutint le regard étrange de l’elfe avec un sourire sardonique. Le coup « regard qui tue » ne l’impressionnait pas vraiment. Elle en avait déjà vu d’autre et ne tenait pas à abandonner un challenge si appétissant.

Morgan, bien que recourant à la force régulièrement, n’était pas d’humeur à se faire étriper pour une tentative de drague ratée. Et sa compagne de table, bien que n’affichant pas une complète hostilité venait de glisser son bras le long de son armure de cuir où attendait sagement un cimeterre de très bonne facture et dont le tranchant était vraiment aiguisé .L’anneau passé à son index quant à lui luisait d’un éclat peu rassurant. Sous-estimer un adversaire était une erreur qu’un corsaire n’avait le loisir de commettre qu’une fois et elle comptait encore avoir une longue vie et vivre de nombreuses aventures. Avec un geste théâtral, elle sortit un poignard de sa manche et le planta dans le bois du comptoir, ce qui lui valut un regard courroucé du patron. Elle le rembourserai plus tard. Ceci était à la fois un acte d’apaisement mais aussi une indication sérieuse quant aux évènements qui suivraient si l’elfe ne retirait pas maintenant la main de son arme.


"Je bois.
N'est ce pas là la vocation première d'une taverne ? Maintenant si vous n'avez rien de mieux à faire allez embêter quelqu'un d'autre....
.... Je vous prie ..."


La jeune femme posa une main ferme sur le bras qui tenait l'arme. Donnant donnant, elle aimait vivre dangereusement.

«Dans ce cas laissez-moi vous offrir un verre, c’est ma tournée. Tavernier ! Un autre pour la demoiselle. »

Elle n'avait pas manqué l'insistance avec laquelle l'elfe dévisageait (sans vergogne et sans crainte d'un impair) un homme dont la silhouette lui était familière. Son regard se perdit au fond de la salle. C'était sans nul doute ce crétin de Janos mais elle ne voyait pas ce que ficherait une guerrière compétente avec cet enfant de putain. Cet homme était la pire engeance que Kirkwall pouvait porter et elle se demandait à présent comment il avait pu survivre toutes ses années. Dire qu’elle aurait pu mettre fin à ses jours il y’a des lustres. Des esclaves. Il lui avait demandé de transporter des esclaves, sans lui annoncer la teneur de la cargaison. Elle ! Fille des Anderfels, sans conscience soit mais pas sans honneur. S’il y a bien deux choses qu’elle ne faisait pas, c’était le trafic de la chair et des hommes. Quand elle était arrivée dans l’entrepôt où les caisses attendaient, l’odeur étais si épouvantable que La Rascasse, à fumet pourtant fleuri en avait vomi tripes et boyaux. Elle se souvint avec colère des pleurs d’enfants et des corps suppliciés. Des centaines de corps empaquetés direction des mages du sang. Ô ça oui, elle se souvenait. Son équipage s’était fait une joie de hacher menu les mercenaires qui les gardait et d’expédier ad patres ceux qui devaient recevoir la cargaison. De retour à Kirkwall, elle était allé voir ce cher Janos et ils avaient eu des mots tous les deux…et pour lui des maux. Elle l’avait laissé suffisamment vivant pour qu’il rappelle à ses copains qu’on ne se mettait pas à dos le Capitaine Drake sans en payer les conséquences. Depuis, il ne passait pas un jour sans qu’elle ne regrettât de ne pas l’avoir tué.

« J’imagine que vous ne me répondrez pas mais frayer avec Janos, ce fils de putain, c’est la pire foutrement mauvaise idée de votre vie. Et si vous partagez ses idées, vous avez de la chance, je ne suis pas d’humeur à botter les culs. »

Sa voix s’était voilée, presqu’un grognement. Elle triturait son tricorne avec une froide détermination. Derrière le nain continuait ses élucubrations tandis que la charmante demoiselle à la tenue légère riait allègrement. Elle se retourna pour profiter de la vue que lui offrait la rivenienne qui lui adressa un clin d’œil suggestif. Oui, elle aurait pu passer une soirée agréable mais sa voisine de tablée l’intriguait au point qu’elle oublierait pour l’instant la promesse d’une couche moelleuse et d’une compagnie réconfortante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërynn
Elfe / Ranger.
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Jeu 14 Avr - 3:49

L'acharnement de la corsaire l'agaçait, mais elle lui reconnaissait une certaine persévérance et du cran. Lorsqu'elle planta son poignard dans la comptoir, la guerrière eu le réflexe de saisir la garde de son cimeterre, mais elle se détendit en comprenant rapidement le sens de ce geste.
Au moins les choses étaient elles claire. Malgré tout, comme elle n'avait toujours pas retiré sa mains de la garde de son arme, la capitaine réagis rapidement en bloquant son coude d'un geste doux mais ferme.
Elle relâcha sa pression lorsque le visage de l'elfe se détendit légèrement, garantie d'un report de l'étripage attendu.

La capitaine lui offris un verre, et avisa la direction dans laquelle la guerrière lançait des regards depuis un bon moment. Elle pris un air dégouté et méprisant, confirmant les doutes de l'elfe concernant son "informateur". Cette femme aurait peut être une certaine utilité....
Pas désarçonnée pour deux sous elle repris, a voix basse cette fois.

"- J’imagine que vous ne me répondrez pas mais frayer avec Janos, ce fils de putain, c’est la pire foutrement mauvaise idée de votre vie. Et si vous partagez ses idées, vous avez de la chance, je ne suis pas d’humeur à botter les culs."

Les choses commençaient en effet à se préciser, son interlocutrice respirait bien moins la fourberie et la malhonnêteté que ce truand de bas étages. Elle irai donc dans le sens de la capitaine, pour l'instant.
La guerrière se détendit visiblement et afficha un sourire en coin sous sa capuche avant de reprendre son verre de la mains droite.

"- Pourquoi faut il que les shem' parlent ils autant ?
Je ne sais rien des idées de ce pauvre type, pour peu qu'il soit capable d'en avoir de lui même, la seule choses qui m'intéresse ce sont les informations qu'il détient. Si la bêtise le prend de tenter quelque chose contre moi, il n'aura d'homme plus que le nom.
Je veux juste apprendre ce qu'il sais. Ensuite, je quitte cette ville malsaine. Mais si vous avez tant envie que cela de lui "botter le cul", ne vous gênez pas, il sera surement un peu plus bavard ensuite...
"

La capitaine la regardait en fronçant les sourcils, à la fois étonnée par sa franchise et peut être aussi par la stupidité de ses propos. Elle venait plus ou moins d'avouer qu'elle fonçait de son plein gré dans un piège pour une information que cet homme ne détenait probablement même pas !
La pirate vida un nouveaux verre d'une traite et reposa lentement le verre sur le rebord du comptoir, les yeux dans le vague, visiblement en pleine réflexion.
Nonchalamment la guerrière elfe porta de nouveaux le verre à ses lèvres, dévoilant un peu plus à la lumière une peau très blanche dont le rouge des lèvres contrastait agréablement.

"- C'est juste pour ça. Rien de plus."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailly
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Mage Apostat
Race: Humaine

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Sam 28 Mai - 15:27

La petite chambre mansardée était plongée dans une pénombre si épaisse qu'elle en semblait palpable. Un parfum étrange flottait dans l'air, mélange de fenouil, de cendre et d'un autre arôme indéfinissable, empreint de nostalgie, aussi insaisissable qu'une note de musique. Une jeune femme était assise au centre de cette pièce pauvrement meublée, penchée sur un petit ravier de grès. Son expression était si intensément concentrée qu'un petit pli s'était formé entre ses sourcils bien dessiné. Le bout de sa langue apparaissait entre ses lèvres rouges, et une goutte de sueur roulait sur son front, dessinant des arabesques satinées sur sa peau. Elle chuchota quelques paroles indistincte et une flamme se forma dans sa paume droite ouverte vers le ciel. C'était une minuscule langue de feu légèrement bleutée, qui s'élevait sur une dizaine de centimètre. D'un geste qui dénotait une grande habitude, la jeune femme plaça le ravier au dessus de cette source de chaleur et ferma les yeux. Elle resta longtemps ainsi, humant l'air comme pour s’imprégner de l'infime changement qui s'opérait dans le petit bol en terre. La mixture qui s'y trouvait commençait à bouillonner, formant une mélasse verdâtre peu ragoutante. La flamme dessinait des ombres sur le petit visage penché vers elle, et allumait des reflets roux dans l'épaisse chevelure brune réunit à la hâte en une natte trop lâche.

La jeune fille referma soudain ses doigts, anéantissant le feu qui se nichait sur sa peau, et posa le ravier sur le sol. Elle sortie ensuite une poudre de la petite sacoche qui se nichait entre ses seins. La décoction était prête. Un sourire enfantin étirait ses lèvres lorsqu'elle se releva sans prêter attention au craquement de ses genoux. La préparation de ses onguents étaient toujours longue, et nécessitait une patience infinie, l'une de ses vertus les plus précieuses. D'un geste, elle essuya la sueur qui avait perlé sur son visage, plaça la mixture dans un petit pot et sortie de la chambre après avoir soigneusement nettoyer le petit ravier et l'avoir posé sur sa coiffeuse. Elle s'attarda un instant devant le miroir. Kailly était belle, à sa façon. Trop mince, trop petite, trop pâle, mais gracieuse et fragile. Ses yeux bruns lui mangeaient le visage, et ses lèvres légèrement charnues étaient d'un beau rouge carmin. Sur son nez, la petite cicatrice lui arracha un frisson, mais elle se ressaisit rapidement. Si quelqu'un entrait maintenant dans la pièce, il ne pourrait jamais deviner qu'une mage y passait ses nuits. Les escaliers de l'auberge du pendu était branlant. Elle prit son temps pour en descendre chaque marche, balayant la salle des yeux à la recherche d'un quelconque danger. Rien ne paraissait sortir de l'ordinaire. Un templier était présent, mais il semblait ivre mort, peinait à tenir sur ses jambes, et riait bruyamment en enlaçant une des serveuses. Elle se détourna de lui, sachant qu'il lui fallait se fondre dans la foule le plus rapidement possible.

Le comptoir était bondé, mais elle était si frèle qu'elle trouva sans peine un endroit ou se blottir, les coudes posés sur le bois brut du bar. L'auberge du pendu était son foyer, à l'occasion. Elle gagnait quelques pièces en dansant, comme les bardes, et obtenait son gite et son couvert en fournissant au tavernier un onguent curatif très puissant dont il avait un besoin désespéré. Usé par une vie de labeur et d’excès, l'homme souffrait dans chacune de ses articulations, mais ne pouvait se permettre de prendre du repos. Bien sur, il aurait payé à prix d'or pour voir sa douleur soulager, mais Kailly s'était contenté de demander une chambre. Elle savait qu'elle n'avait rien à craindre de lui. Trop reconnaissant, il ne la dénoncerait jamais. Lorsqu'il la vit approcher, il se saisit du petit pot et posa une choppe de cidre devant elle avant de retourner à ses affaires. Parfait.

Kailly dénouait ses cheveux pour passer ses doigts dans la masse de ses boucles enmélées par la sueur, quand son attention fut attirer par des éclats de voix. Varric était présent, bien sur, et il comptait ses aventures à une foule goguenarde mais secrètement fascinée. Les talents de compteur du nain n'était plus à prouvé. Bien qu'elle n'ai jamais osée s'adresser à lui, elle l'avait écouté, nuit après nuit, et s'était surprise à éprouver un respect mêlé de crainte à son égard. Il était accompagné d'une femme belle à couper le souffle, sa poitrine difficilement contenue dans une robe manifestement d'avantage taillée pour dévoiler que pour préserver sa pudeur. Elle aussi se trouvait souvent à l'Auberge. Elle ne parlait pas beaucoup cependant, et Kailly s'était surprise à découvrir une certaine tristesse dans ces grands yeux noisettes lorsque personne ne la regardait. Le cidre était bon et frais, elle en buvait une longue gorgée lorsque des bribes de conversations lui parvinrent. Après des années de cavales, Kailly s'était forgée une habitude aussi solide que mauvaise. Elle était toujours aux aguets, quitte à devenir indiscrète.

Janos

Ce nom lui fit dresser l'oreille. Elle haïssait ce type, ce Janos, Plusieurs fois, il avait tenté de l'entrainer à l'écart, et ses grosses mains ne manquaient pas une seule occasion de se poser sur elle, de tater son corps menu qui lui rappelait celui des elfes, comme il aimait à le clamer. Sans la protection de l'aubergiste, il l'aurait depuis longtemps embarqué dans l'une de ces caravanes de chaire, ne la gardant vierge que pour la vendre pour plus d'or ensuite à un autre porc dans son genre. Kailly se pencha en avant et appuya son petit menton dans la paume de sa main, continuant à épier la discution sans se retourner pour dévisager ses protagonistes. Deux femmes, manifestement. L'une semblait assez jeune, et avait une voix étrange, à la fois douce et menaçante, chargée de mille sous entendu et de dangers. Le feu sous la glace. Comme elle. Cette pensée lui arracha une moue étrange, quelque part entre le sourire et le chagrin.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Maître du jeu
Personnage non-joueur / Le démon du jeu.
Personnage non-joueur / Le démon du jeu.
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 14/01/2011
Exprimez-vous! : Je suis la voix du destin

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Dim 29 Mai - 13:26

La capitaine arborai une moue contrariée, visiblement en proie à une vive hésitation. Elle regarda alternativement Janos, qui sortait de l'auberge, et la guerrière avant de vider un nouveaux verre cul sec.

« - Tu cherche quelqu'un ? Tu pense que cet imbécile a pu l'employer ?
- J'en doute. Celui que je cherche ne s'y serait probablement pas abaissé. Mais il y à fort à parier qu'ils se soient croisés.
- Comment il était ?
- Hein ? … Et bien...
Grand, cheveux et yeux noirs, une épée à deux mains comme arme de prédilection... Un homme grand et taciturne...Très renfermé...

- Il y à combien de temps...?
- D'après ce que je sais … Environs trois ans... »

Le capitaine Drake regarda de nouveaux dans le vague... Et vida de nouveaux distraitement son verre... Déjà pourtant vide...

« - Viens avec moi chaton on va avoir une petite discussion cet enfant de putain dehors... »

La guerrière suivi le capitaine avec une certaine méfiance...
Elle ne vis pas la jeune fille au comptoir la regarder avec insistance... Une certaine admiration dans les yeux...

Les minutes semblèrent des heures à Kailly, toujours accoudée au comptoir elle n'avais pas oser sortir voir se qu'il allait se passer. Elle hasarda à écouter le nain dont le récit commençait à s'essouffler au fur et à mesure que sa choppe se vidait.
Puis après un moment qui lui paru infini, la porte de l'auberge s'ouvrit de nouveaux, le capitaine Drake entra accompagnée de plusieurs de ses marins. La guerrière elfe fermai la marche.


« Je n'y crois pas ! Cet espèce d'ordure à tenter de m'acheter avec cette prime ! Il m'a pris pour quoi ?? Si je choppe son employeur je jure sur le décolté d'Andrastée que je lui brise chaque membres avant de les lui arracher ! »

Le capitaine Drake semblait dans une colère noire mais enjouée à la fois. Elle s'installa de nouveaux au bar et commanda un autre verre. Profitant de la pause du nain, tout le monde retourna à ses occupation. Notamment une certaine rivenienne qui fis tourner la tête au capitaine.

« Excuse moi chaton, mais j'ai une affaire de plus urgente qui requiert mon attention. J'espère que ce que tu as pourra t'aider... Je sais pas pourquoi tu cherche ce type mais prend soin de toi d'accord !
Ça a été un réel plaisir de t'aider avec ce rat. Sur ce, que les vents te soit favorables... 
»

Morgane fit une révérence exagérée et l'elfe lui rendit son salut d'un signe de tête. La capitaine se dirigea ensuite avec empressement à la suite de la créature enchanteresse qui allait s'installer au fond de la salle.
Kailly ne perdait pas une miette de la scène... L'elfe commanda ensuite un verre de liqueur de fruits au comptoir, précisant au tavernier qu'elle allait s'installer à une table plus loin.

En effet la guerrière posa une partie de son barda sur une table très à l'écart, dans un coin sombre. Elle se mis un peu plus à l'aise, apparemment nettement plus détendue qu'à son arrivée elle rabattit sa capuche, dévoilant un visage doux et fin, parfaitement dessiné, contrastant avec un regard dur et froid comme la glace. Ses longs cheveux noirs étaient attachés derrière ses oreilles pointues en une coiffure complexe dont quelques mèches s'était échappées, ils semblaient avoir de légers reflets rouge dans à la lumière des torches.
Une lumière tamisée qui fit apparaitre de fins et délicat tatouage autours des yeux de l'elfe, évoquant de douce arabesque partant du coin de ses yeux... Ils restaient cependant très discret pour des tatouages Dalatiens, ce qui ajoutait encore un voile de mystère au personnage.
Elle posa ensuite ses cimeterres sur la table à portée de main, l'un d'eux brillait très légèrement émettant une très faible lumière d'un bleu froid. Farfouillant dans une large sacoche, elle commença à sortir une carte avec quelques instruments et à prendre des notes sur un parchemin.

Pendant ce temps, au comptoir, Kailly regardai alternativement les deux femmes capitaines bien alcoolisées pliées de rire et la mystérieuse elfe. La voix de l'aubergiste la sortie de ses pensées...

« SARAH ?!
Par le créateur ou est elle encore passée ? Il lui faut toujours des heures pour aller chercher une bouteille à la cave ! Je suis sur que qu'elle s'est encore laissée tombée dans les bras de ce petit con de Narden.... Je vais finir par être obligé de faire le service moi même ou quoi ?
SARAH ?!
 »


Dernière édition par Le Maître du jeu le Lun 30 Mai - 22:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragon-age-rpg.forumactif.com
Kailly
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Mage Apostat
Race: Humaine

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Dim 29 Mai - 15:01

Kailly releva la tête de sa choppe encore à moitié pleine et mousseuse, et risqua un coup d'oeil en direction de l'elfe. Sa beauté la prit au dépourvu. La guerrière avait des traits exquis, empreint de cette grâce Elfique qu'elle ne se lassait pas d'admirer. Seul son regard trahissait la dureté d'une femme qui avait déjà vu trop de sang et de mort. Son absence avait été longue, au point de devenir inquiétante.

Un pincement de culpabilité étreignit le cœur du Mage. Si le danger avait été réel, aurait elle oser utiliser ses dons pour lui venir en aide? La présence du Templier, aussi imbibé d'alcool qu'il fut, représentait un frein qui tenait d'avantage de la terreur que de la prudence.

Elle concevait une véritable terreur à l'égard de ces soldats du créateur, bardé d'armes tranchantes et de haine. Ils avaient massacrés sans l'ombre d'une hésitation sa nourrisse, et elle avait vu de ses propres yeux la lame jaillir de la poitrine de l'elfe dans une gerbe de sang, si profondément enfoncé qu'elle l'avait atteint au visage. Kailly se rappellerait jusqu'à la fin de ses jours de la sensation du sang poisseux et chaud qui l'avait éclaboussé, de l'odeur métallique de la mort, et de la voix de sa chère Nan', voilée par la douleur, qui la conjurait de fuir et de vivre sa propre vie.

La voix rude de l'Aubergiste représenta une distraction tombée du ciel. Elle se tourna vers lui, et lui adressa un sourire adorable dévoilant ses fossettes. Il lui avait dit un jour qu'elle lui rappelait sa fille, et Kailly en jouait parfois, lorsque le besoin s'en faisait ressentir. Contrairement à la plupart des hommes imbibés qui hantaient l'Auberge du Pendu, il l'avait toujours traité avec une certaine bonté bourrue, une providence provenant autant de ses talents curatifs que de sa ressemblance supposée avec la jeune femme.

Si la petite servante Sarah avait vraiment prit une petite pause dans les bras de l'homme qu'elle aimait, chaque seconde gagnée comptait.

- Un problème peut-être? Voulez vous que j'aille vérifier que tout va bien?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Maître du jeu
Personnage non-joueur / Le démon du jeu.
Personnage non-joueur / Le démon du jeu.
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 14/01/2011
Exprimez-vous! : Je suis la voix du destin

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Dim 29 Mai - 19:58

Le tavernier ne cessait de pester à l'attention de sa serveuse absente, mais ses jurons étaient en grande partie étouffés par le nain conteur qui avait déjà repris son récit...
L'elfe, bien installée à l'écart, ne prêtait plus qu'une oreille distraite à cette agitation. A l'aide d'un compas et de diverse petits instruments de cartographie elle semblai mesurer sur sa carte puis reporter certaines note sur son parchemin...
Malgré la température de fin d'hiver qui régnais au dehors, l'auberge était plongée dans une chaleur étouffante. Elle en profita ainsi pour retirer sa cape et ses bracelets de force en cuir, dénudant ses bras fin et musclés pour avoir plus de facilité à écrire.
Elle s'arrêtât plusieurs fois dans ses notes... Semblant réfléchir ...

Pendant ce temps au bar, Kailly continuais de l'observer... A moitié du moins, en partie perdue dans ses pensées... Elle remarqua que les bras de la guerrière était tatoués de superbes arabesques évoquant des branches de lierre, longue, fine et ondulées, qui disparaissaient sous une fine cote de maille coupée un peu au dessus du coude. Les motif contenaient quelques irrégularités, dues à des cicatrices plus ou moins marquées.

Kailly fut brutalement sortie de ses pensées par un nouveaux jurons du tavernier...


"- Un problème peut-être? Voulez vous que j'aille vérifier que tout va bien?
- Ah ! Kailly ! Je ne t'avais pas vu gamine ! Tu tombe rudement bien, tu pourrais me rendre un petit service ?
Sarah est encore allée se faire câlinée par son "fiancé", elle reviendra vite comme d'habitude, rouge de honte et de chaleur et balbutiant des excuse... Mais j'ai une cliente qui attend ça consommation tu veux bien t'en charger ?
Tiens, c'est pour l'elfe bizarre là bas...
Fais attention tout de même elle n'a pas l'air commode... Et puis ces Dalatiens... Ils sont toujours un peu étranges...
"

Le tavernier fit glisser un godet sur le comptoir en direction de la jeune fille qui se tournait déjà en direction de l'étrange elfe qui tripotait distraitement un anneau retiré de son index droit... Perdue dans ses pensées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragon-age-rpg.forumactif.com
Kailly
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Mage Apostat
Race: Humaine

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Dim 29 Mai - 20:58

Le premier réflexe de Kailly fut de faire la moue. Il lui avait semblé nettement préférable d'affronter tous les rats géants du monde, plutôt que le regard acéré de l'Elfe qu'elle observait depuis un petit moment déjà.

Les muscles de la jeune femme était tendus sous sa peau diaphane. Pour le moment, elle semblait plongée dans ses occupations cependant, la tête penchée vers ce qui ressemblait à une carte et à des outils de navigation. Elle tendit le bras pour se saisir du plateau de bois vétuste qui revenait habituellement à Sarah et quitta à regret le couvert de son petit coin d'ombre.

- Sarah... Tu me revaudras ça...

L'apostat rejeta nerveusement sa natte sur son épaule et traversa la salle. Ce faisant, elle du se frayer un chemin entre les auditeurs de Varric, et ce dernier la héla pour réclamer une bière, parceque bon, cela faisait déjà cinq minutes que sa choppe était vide, que parler, ça lui séchait la langue, et que c'était pas possible de voir ça... Le reste des paroles du nain se perdirent dans le tumulte des conversations, car Kailly s'était hâtée de sortir de son champs de vision, peu désireuse d'attirer l'attention de celui qui aurait tôt fait de faire converger les regards vers elle.

Un coup d'oeil par dessus son épaule la rassura. Le templier qu'elle avait remarqué plus tôt était avachi sur une table, un filet de bave mousseux coulant le long de son menton. Malgré le pathétique de la situation, une bouffée de haine remontait le long de la gorge de la jeune femme, faisant naitre une onde de chaleur qui glissait le long de son épiderme jusqu'à se condenser dans le creux de sa main.

Il lui aurait suffit d'un geste, un seul, pour débarrasser le monde de cet être répugnant. La brulure dans ses paumes devant telle qu'elle se mordit les lèvres pour contenir la douleur.

Ce fut un soulagement de poser le plateau sur la table de la guerrière, juste à la périphérie de son champs de visions. Vu de près, le visage de l'Elfe n'était pas aussi pur que Kailly l'avait cru. Sa peau semblait couturée de cicatrice, fines et propres cependant. L'effet était étrange. Loin de la défigurer, ses plaies la rendaient plus séduisantes encore, de ce charme dangereux que pouvait avoir les mercenaires.

Ses contusions et les deux lames posées sur la table paraissaient autant de mise en garde envers quiconque l'importunerait. Regardez les, semblait elle dire. Je suis toujours de ce monde, mais pas ceux qui se sont mit en travers de mon chemin.

Kailly réalisa soudain qu'elle dévisageait l'Elfe avec un peu trop d'assistance, et elle s'inclina humblement.

- Vos consommations, noble Dame.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërynn
Elfe / Ranger.
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Lun 30 Mai - 12:17

Aërynn avait réussi à régler le problème de Janos sans la moindre difficulté avec l'aide du Capitaine Drake, une belle économie de temps selon elle, même si les indication de cet imbéciles avaient été bien en deçà de ses attentes.
Il se souvenait avoir eu des ennuis quand un homme correspondant à celui qu'elle cherchait avait libéré une poignée d'esclave et mis à sac l'entrepôt dans lequel ils étaient retenus. Janos avait ensuite essayé de se venger mais il était déjà partit de la ville. A pied cependant d'après lui.
En effet à cette époque l'enclin débutait et aucun bateau ne traversai la mer d'écume vers le sud. Ainsi il voulait donc partir vers Orlaïs ou Ferelden...

Mais si il avait changé de cap en route ?

La guerrière ne cessait de se questionner. Elle décida de préparer plusieurs route qu'il pourrait avoir suivi... La traque serait difficile, elle le savait... Ces années de servitude lui avait fait accumuler un retard de plus de deux ans sur lui, mais elle était décidée à le retrouver.
Elle commanda une liqueur au bar avant d'aller s'installer à une table très à l'écart, tout juste éclairée par une torche.
Janos étant écarté et une bonne partie des client ayant déjà quitté l'établissement à cause de l'heure tardive, elle se permis de se mettre un peu à l'aise pour pouvoir se concentrer. L'elfe rabattit sa capuche, dévoillant son visage doux marqué par quelques discrettes cicatrices plus ou moins anciennes. Elle retira également tout les éléments qui pourrait la gêner dans son travail et s'attela au tracé de plusieurs routes possibles.
Elle laissa tout de même ses deux cimeterre bien en vue sur la table en guise de mise en garde.

Plongée dans ses réflexions elle faisait jouer entre ses doigt un étrange anneau qu'elle ne cessait de retirer de son index. Elle n'entendait plus le moindre son provenant de son environnement, trop concentrée sur sa tache.
Bien qu'elle n'en montra rien, la fatigue jouai beaucoup dans son état lointain, elle n'avait cessé de marcher depuis des mois et la saison d'automne avait été particulièrement difficile avec ses pluies glaciales et ses vents violent.

Ainsi perdu dans ses pensées elle eu un sursaut quand une jeune fille se présenta à sa table avec sa boisson.

" Vos consommations noble dame."

Elle s'inclina profondément, visiblement intimidée et peu assurée. Aërynn pris le verre et la remercia avec un signe de tête et un sourire chaleureux, chose rare ces derniers temps. La petite lui inspirait une profonde sympathie, ses grands yeux arboraient un regard non encore totalement effacé par les horreurs de ce monde et faisait office de bastion de pureté au milieu de cet océan de perversion qu'était Kirkwall.
Mais un détail mis la guerrière en alerte... La lame d'Elgar-Lin, l'un de ses cimeterre, commençait à se colorer de discrètes petites arabesques rouge sang et à frémir légérement.....
Elle avait mis la mains sur cette lame redoutable après avoir échappé à son tortionnaire lors de sa fuite de Tevinter. C'était alors l'un des joyaux de la collection du magister. Ce cimeterre redoutable, datant d'Arlathan, contenait un démon majeur de la colère qui y était emprisonné, décuplant de manière surnaturelle son tranchant et insufflant à son porteur une soif de carnage qui ne pouvait être maitrisée que grâce à une volonté de fer. Aërynn n'avait jamais vraiment eu de problème avec cette lame car le démon y était bel et bien séquestré de sorte à qu'il ne pouvait ni sortir ni prendre le contrôle de son porteur. Mais elle avait remarqué que malgré ses entraves il continuait à réagir à la présence des mages proches.

Le petite était donc surement une mage.
Aërynn connaissait le sort réservé au mage parmis les Shem... Équivalent à l'esclavage selon elle. Et donc si cette jeune fille n'était pas enfermée avec ses semblables, elle devait certainement se cacher pour échapper aux fanatiques de la Chantrie...

Cette gamine était donc née avec une véritable malédiction, du moins d'un point de vue humain. Aërynn voulait la mettre en confiance, la rassurer, pouvoir la protéger et lui alléger son fardeau au moins pour la soirée...
Elle se rendit compte qu'elle dévisageait la jeune fille qui ne bougeait toujours pas, comme paralysée, les yeux toujours fixés sur ses propres pieds... La guerrière avait du avoir une expression bien plus dure et froide qu'elle ne l'aurai voulu. Elle se pencha un peu en avant et souleva le menton de l'adolescente avec douceur en lui offrant son sourire le plus rassurant ; illuminant son visage d'ordinaire si dur. Elle lui parla doucement, de sorte que personne ne l'entende.

Tu n'as rien à craindre de moi petite, je t'assure. "

Relâchant le menton de Kailly elle avisa un regard vers le templier affalé qui ronflait à grands bruits. Et d'ajouter avec un sourire à la fois amusé et dégouté.

Ni de lui d'ailleurs dirait on.
Ni de qui que ce soit pour cette nuit, je te l'assure. Tu n'est pas vraiment serveuse ici n'est ce pas ? J'espère que l'aubergiste ne te fais pas d'ennuis...
Sinon il aura affaire à moi....
 "

Kailly sembla soudain à la fois surprise, curieuse et surtout complétement paniquée. Aërynn enchaina avant qu'elle ne puisse répondre quoi que ce soit.

" Tu n'as pas à me craindre te dis je.
Pourrais tu m'apporter un boc d'eau s'il te plait ?
Si tu le souhaite tu est toujours la bienvenue à ma table, je vois que mes affaires semblent attirer ton regard...
 "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailly
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Mage Apostat
Race: Humaine

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Lun 30 Mai - 14:16

Quelque part dans la Taverne, le rire cristallin d'Isabella raisonna, signe, sans doute, que le capitaine parvenait à ses fins. La salle se vidait petit à petit, égrainant dans les rues de la basse ville les pochards qui n'avaient plus assez d'or pour se monnayer encore un peu d'oublie. Le nain conteur lui même avait commencé à se lasser de ses récits. Les jambes posés sur une chaise bancale devant lui, il marmonnait entre ses lèvres mousseuses de bière. Le tavernier commençait à compter ses pièces, suçotant un peu de la pommade que lui avait amener Kailly.

Cette dernière s'était figée, telle une biche aux aboies, et ses prunelles étaient dilatés par la peur. Mille questions se bousculaient dans sa tête, et instinctivement, ses poings s'étaient ouverts, dépliant ses doigts pour offrir ses paumes. La chaleur restait tenu cependant. La contacte des doigts de l'Elfe sur son menton, l'expression de son visage, agissait tel un baume apaisant sur sa peur. Comment savait elle? Comment avait elle devinée? Lorsqu'elle lui désigna le Templier, Kailly rentra la tête dans ses épaules, et son regard se posa sur l'arme posée sur la table. Cette dernière était d'excellente facture, c'était indéniable, mais ce qui troublait la jeune femme était moins évident.

Elle aurait été incapable de comprendre quelle magie était à l’œuvre ici, trop jeune, trop inexpérimentée. Mais les démons de la colère l'avait suffisamment tourmentés pour qu'elle perçoive inconsciemment leur présence et en éprouve un certain malaise. Peutêtre pour se rassurer, sans doute par fascination, elle plongea dans le regard acéré de l'Elfe. Cette dernière avait des prunelles extraordinaire, d'un bleu qui rappelait les eaux gelées d'un lac, pailleté d'or. Ils paraissaient plus intenses encore, légèrement voilés par des mèches sombres et soyeuses. Jamais Kailly n'avait vu pareil femme. Elle balbutia pour lui répondre, tordant nerveusement ses mains brulantes.

- Je suis... Danseuse. L'aubergiste s'est montré bon pour moi, noble Dame.

Sur ses mots, elle fit volte face et revint quelques secondes plus tard, tenant à deux mains un énorme broc d'eau, ridiculement grand et lourd pour la consommation d'une seule personne. L'intention était bonne, mais de l'eau avait coulé sur sa robe et mouillé ses cheveux. Elle le plaça sur la table, avec un sourire enfantin, et hésita avant de s'installer sur le bord d'une chaise, les genoux serrés et les mains sagement posés sur ses cuisses. Quelque chose avait changé dans son regard cependant. Il paru plus profond, plus adulte, chargé d'une vie entière à fuir un cauchemar.

- Comment savez vous ce que je suis?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërynn
Elfe / Ranger.
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Lun 30 Mai - 20:20

La guerrière affichait un sourire chaleureux et bienveillant. La présence et la fraicheur de cette jeune fille avait un effet positif sur son moral, c'était indéniable. Elle envisagea un instant de lui proposer de parcourir les routes à ses côtés mais elle chassa bien vite ces pensées avec une moue furtive... Bien pire que les templier, elle était elle poursuivie par les Tevintides qui avaient mis sa tête à pris depuis qu'elle s'était enfuie en assassinant l'un de leur haut inquisiteur... Autant dire qu'elle exposerai cette pauvre enfant à un danger bien pus grand que les templier et à un sort bien moins enviable que la prison qu'est le cercle.
Elle revint à l'adolescente qui la regardait avec insistance, à la fois effrayée et indéniablement curieuse. Elle deviendrai une très belle femme à n'en pas douter, déjà très jolie pour son âge elle devait rivaliser d'ingéniosité pour se prémunir des vile bassesses des hommes de ce monde... Sans sa quête, Aërynn aurait eu quelques petites choses à lui apprendre sur la façon de se défendre des plus fort qu'elle, son corps fin manquai un peu de muscle mais avec de l'entrainement elle aurait pu s'en faire une apprentie prometteuse...
De nouveau contrariée par l'impossibilité de ce cas de figure, elle avala une longue gorgée de liqueur pour chasser ces idées.

"Tu peux m'appeler Aërynn tu sais, je ne dois pas être beaucoup plus âgée que toi, et je suis bien loin d'être noble. Mais si tu parle de moi et qu'on te demande ou je suis allée, indique leurs le Nord Est...
Quel âge à tu ? J'entre dans ma vingt cinquième année pour ma part.
Tu habite Kirkwall ?


- N... Non... Enfin... En ce moment c'est mon foyer... Pour l'instant... C'est tout ce que j'ai pu trouver. Mais l'aubergiste me traite bien et la clientèle ne me fais pas trop d'ennuis, tant que je ne sort pas de l'auberge, je suis en sécurité... Mais cette ville m'effraie...
J'ai ... je crois que j'ai dix sept ans.... J'ai un peu perdu la notion du temps à voyager seule...


- Pour répondre à ta question, je ne l'ai pas deviné seule, rassure toi, si tel don existait les templier serait bien plus redoutable qu'une banale cabale de fanatique alcoolisés. Non, c'est cette lame qui me l'a indiqué."

L'elfe saisi le cimeterre aux discrètes veines écarlate, la glissant sous le regard de Kailly qui semblait fascinée et terrorisée à la fois. Entendant la voix du démon se diffuser dans son corps de façon de plus en plus nette, Aërynn retira la redoutable lame du regard de la jeune apostate et la reposa plus loin sur la table.

"Cette arme se nomme Elgar-Lin ; la "Lame Esprit" dans ma langue ; elle renferme un démon de la colère très puissant nommé Harok. Ne t'en fais pas il ne peux aucunement sortir de cette lame il fait entièrement partie de cette épée. Mais si d'aventure tu venais à t'en saisir, ton esprit trop peu entrainé pourrait être influencé et il pourrait t'obliger malgré toi à verser le sang.
Je te rassure ce genre d'arme n'existe quasiment plus, ce sont des artefact d'une autre époque. Considère que tu à eu de la chance que le porteur de cette lame ne sois pas un templier.
"

La guerrière avala une nouvelle gorgée d'alcool et reporta son attention quelques instants sur la carte devant elle... Faisant à nouveaux tourner l'étrange anneau entre ses doigts agiles... Kailly observai chacun de ses gestes.
L'elfe sortit une petite boussole de son sac, dévoilant plusieurs petites fioles colorées au fond de la sacoche posée sur la table. Deux d'entre elles attirèrent l'attention de Kailly. Elles contenaient un étrange liquide bleu qui luisaient très légèrement.

"Alors comme ça tu est danseuse ? Je suis étonnée que tu n'aie jamais eu d'ennuis. Il n'en faut pas beaucoup aux hommes de ce genre de lieux pour sortir de leurs gonds... Alors une danseuse aussi jolie que toi...
Enfin, il y à ici des femmes à poigne qui corrigeraient sans hésiter ce genre de débordement je gage....
"

Le regard de la guerrière glissa à la table des deux femmes pirates qui s'embrassaient maintenant goulument... Elle revint rapidement à Kailly avec une moue dégoutée avant de reprendre son sourire.
Elle glissa de nouveaux la main dans sa sacoche et en sortie deux pommes jaunes.

"Ces chiens de Tévintides en ont presque toute l'année, je ne me suis pas privé d'en récupérer quelques unes dans leurs caravanes. Tu en veux une ?
Au fait je ne connais même pas ton nom...
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailly
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Mage Apostat
Race: Humaine

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Mar 31 Mai - 15:03

- On m'a dit un jour que c'était entre les pattes du loup que l'on craignait le moins ses crocs... Je n'ai aucun talent pour les contes ou les chants, mais je danse presque aussi bien qu'une barde.

On sentait poindre une certaine fierté dans ses paroles. Elle se renfrogna légèrement cependant à l'instant ou elle remarqua le léger rougeoiement de la lame posée devant elle.

Harok.

Démon de la colère, exalteur de haine à l'affut de la moindre faiblesse. L'une de ces créatures avait poursuivit Kailly depuis sa plus tendre enfance, murmurant en permanence à son oreille jusqu'à la pousser aux confinements de la folie. Il était presque parvenu à ses fins, bien des années auparavant. La jeune fille gardait un souvenir précis de ces instants, car ils s'étaient inscrit au fer rouge dans ses chaires, comblant de honte et de regret chaque seconde de son existence renégate. A l'époque, Kailly vivait avec des marchands itinérants. Leur mode de vie nomade avait parfaitement convenue à l'enfant qu'elle était alors, lorsqu'ils l'avaient découvert dans une flaque de sang, le nez enfouie dans une écharpe de soie, attendant la mort avec une résignation terrifiante. Ils ne savaient rien d'elle, mais ils avaient prit soin de sa santé, l'avait nourri et lui avait offert une couchette dans l'une de leurs caravanes. Elle avait perdue le compte des semaines puis des mois, mais une nuit, alors qu'elle cherchait le sommeil au creux des ténébres, La voix s'était manifestée avec plus d'ardeur encore.

- Regarde les... Malheureux enfants, pauvres marchands. Pourquoi leur faire confiance? A l'instant même ou ils découvriront ce que tu es, ils te livreront aux templiers. Rappelle toi d'eux... Ces êtres sans visages qui t'ont arrachés Nan'. L'odeur du sang. Te souviens tu de ce qu'ils vous ont fait subir? Ils se saisiront de toi en échange d'une poignée de pièce. Ils te tortureront pour te punir de t'être enfuis. Puis ils t'arracheront tous tes souvenirs. Ils te tueront uniquement lorsque tu en seras à les supplier d’abréger tes souffrances.

La voix avait continuée ainsi, immatérielle et tenue, plusieurs heures durant, jusqu'à ce que Kailly ai quitté sa couche et se soit dirigé vers l'une des couchettes voisines, occupée par le fils d'un des marchands. En observant son visage endormi, l'apostat avait ressentit une bouffée de haine vicieuse. Le feu avait prit naissance dans ses paumes, et durant plusieurs secondes, elle avait réellement désirer le voir souffrir et mourir, le voir payer pour un crime qu'il n'avait pas encore commis. Le créateur seul sait ce qui se serait passé si à cet instant, elle n'avait pas posé son regard sur le foulard de sa nourrisse, soigneusement plié sur sa couchette. La mère du jeune homme avait passé des heures à le nettoyer de son sang afin de le lui rendre. La colère était alors tombée, aussi soudainement qu'elle était apparue. Kailly avait fuit les marchands, cette nuit là, n'emportant que le foulard qui ceignait maintenant ses hanches. Elle n'avait plus jamais revu ses sauveteurs.

- Le nom qui me fut donné à la naissance est... Katalynia Annaeris. Mais je me fais appeller Kailly Ann depuis ma fuite d'Orlaïs. C'est un peu moins... Reconnaissable. Je trouvais simplement que le terme de Noble Dame vous seyait parfaitement. Vous n'avez rien de commun avec les femmes que je rencontre ici... Vous êtes bien trop belle pour vous fondre dans le décore.

Elle détourna les yeux, a nouveau intimidé par la jeune Elfe, craignant de s'être montré par trop impétueuse dans ses paroles. Il lui arrivait parfois d'agir et de parler avec cette franchise enfantine qui avait charmé l'aubergiste. Kailly s'attarda sur la carte qui trônait devant Aërynn et croqua doucement dans le fruit, savourant ce qu'elle considérait comme une friandise rare.

- Vous préparez un voyage? Peut-être puis je vous aider. Je n'ai pas grande influence mais je connais beaucoup de monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërynn
Elfe / Ranger.
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Mer 1 Juin - 16:59

Aërynn observait la jeune fille avec un sourire profondément chaleureux, elle commençait à sentir la fatigue due à l'heure très tardive, mais la vision de l'adolescente croquant à pleine dents le fruit sucré semblait lui donner la force d'affronter un archidémon.

"En effet, je voyage. En réalité je suis à la recherche de quelqu'un que j'essaye de retrouver. Nous avons été séparés il y à des années et je voudrais ….. Savoir … Ce qu'il est advenu de lui."

L'elfe sembla perdue dans ses pensées pendant quelques secondes, les yeux dans le vague, affichant une expression profondément triste.
Quand elle revint à elle, elle força un sourire à l'attention de Kailly et repris.

"Je suis donc en train d'essayer de prévoir quels chemins il à pu prendre.... Mais je dois avouer que mes pistes sont assez minces
Connaitrais tu par hasard un guerrier utilisant une épée à deux mains, grand, avec des cheveux et des yeux noirs ? Il ne parle pas beaucoup et ne donne pas toujours son nom...
Hum.. Je suppose que c'est trop vague...
Ho ! Il à aussi des tatouages assez semblables aux miens sur les bras et ….
"

Sa voix s'éteignit presque instantanément dans un gémissement étouffé. Elle agrippa la table, enfonçant presque ses doigt fin dans le bois...
Respirant avec beaucoup de difficultés, son regard trahissait une douleur aussi violente que soudaine lui coupant le souffle. Elle serrai la mâchoire si fort qu'un peu de sang perla entre ses dents blanche.
Kailly était paniquée, regardant alternativement, la guerrière, l'étrange épée qui luisait de plus belle et la salle autour d'elle ou personne ne leur prêtait la moindre attention. Son expression passât à l'horreur lorsqu'elle vis du sang goutter des bras striés de coupures de la guerrière. Une horrible plaie s'était même formée sur son avant bras droit alors qu'Aërynn gémissait de douleur fournissant tout les efforts du monde pour ne pas hurler, tremblant sous la violence des vagues de souffrance.
Alors que la hanche gauche de son interlocutrice se teintai de rouge, Kailly se leva brusquement sans savoir quoi faire, paralysée par la peur.

Elle regarda le templier qui ronflait toujours, craignant qu'elles n'attire l'attention, mais le temps semblai suspendu, personne dans l'auberge ne semblai pouvoir se rendre compte de ce qu'il se passai.

L'anneau au doigt d'Aërynn luisai maintenant si fort que l'adolescente n'en distinguai presque plus la forme.

La voix d'Harok, toujours à l'autre bout de la table lui intimai de se saisir de la lame et de la tuer, de les tuer tous...
Murmures lointains mais bien présents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailly
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Mage Apostat
Race: Humaine

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Jeu 2 Juin - 0:45

La bouchée sucrée était un tel délice que Kailly en ferma les yeux, faisant rouler sa langue pour s’imprégner de son gout. Entre mille petits défauts, la jeune fille était d'une gourmandise extrême. Elle fronça le nez aux explications d'Aërynn et instinctivement, sa main se posa sur celle de la guerrière. Un homme de haute taille... C'était trop vague bien sur, mais ce qui se lisait dans les magnifiques prunelles bleus de son interlocutrice lui serrait le coeur. De l'amour, du désespoir. Kailly ne connaissait que trop les tourments du désir, l'absence de l'être aimé. Elle comprenait, sans même avoir conscience de la plénitude de cette compréhension.

- Je n'ai pas l’expérience pour trouver les mots juste, mais sans doute saisirez vous l'idée. Je connais une jeune femme qui est passionnément amoureuse. Elle m'a dit un jour que ses sentiments étaient si profonds qu'elle ressentait la présence de l'être aimé, sans avoir besoin ni de le voir ni de l'entendre. Peut-être devriez vous suivre votre instinct. Le monde recèle mille secrets... Andrasté pourvoira à votre recherche, pour peu que vous lui laissiez vous prendre la main.

Elle serra les longs doigts fins puis croqua à nouveau dans le fruit. Le gémissement la saisi, lui faisant lacher la pomme qui roula sur ses genoux et s'écrasa sur le sol. Un hurlement mourru dans sa gorge en découvrant l'état des bras d'Aërynn. Instinctivement, l'apostat regarda par dessus son épaule, cherchant qui, ou quoi, avait pu ainsi blesser l'elfe. La salle était comme figée, et personne ne réagit même lorsque sa chaise se renversa en arrière.

- Aërynn! Je vais vous aider, je...

Déjà, la jeune femme avait tendu ses bras minces au dessus de la table, auréolés d'une aura bleuté. Les soins curatifs n'avaient aucun secret pour elle, et les démons semblaient se désintéresser de quiconque n'usait pas de magie offensive. Le risque était immense. Il suffisait qu'un seul être la voit ainsi pour que le templier se saisisse d'elle et que la mort devienne son unique échappatoire. Mais comment aurait elle pu abandonner la guerrière dans cet état? La raison n'avait plus de mise. Les sourcils froncés par la concentration, Kailly se pencha en avant jusqu'à l'effleurer pour lui offrir son aide, au mépris du templier dont elle pouvait presque entendre le souffle.

- Qu'importe. Tu n'as qu'à le tuer.Tous les tuer. Leur sang lavera celui de ta nourrisse. Et elle. Crois tu vraiment en ses sourires enjôleurs? Catin d'Elfe, mercenaire. Elle te vendra à l'instant même ou tu détourneras les yeux. Le travail est presque achevé. Tu n'as qu'un geste à faire pour te protéger, un mot à dire. Je te donnerais la force. Je te donnerais celui que tu désires depuis toujours. Puise dans son sang, raye cette auberge de débauche de la ville. Lie toi à moi... Libère moi... Libérons nous tous les deux!

La voix. Cette voix enjôleuse qui murmurait dans son esprit, qui dirigeait son regard vers les flots de sang rougeâtre, presque indécent sur la peau blanche d'Aërynn, chargé d'une puissance qui dépassait l'entendement. Kailly était courbée en deux, rongée par le désir, la peur, et une fascination malsaine qui bandait ses muscles presque malgré elle, jusqu'à conduire sa main à quelques centimètre de la lame incandescente. L'anneau luisait, Aërynn se vidait de son sang, et l'apostat perdait l'esprit. Le sourire de l'elfe se manifesta dans ses souvenirs, se superposant au masque de souffrance qui déformait ses traits. Dans un sursaut inhumain, Kailly releva le genoux pour tenter de renverser la table, d'éloigner d'elle ce démon et ses promesses.

C'était son unique chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërynn
Elfe / Ranger.
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Jeu 2 Juin - 23:22

Kailly paniquai, jetant des regards alarmés aux alentours. Elle constata bien vide que l'auberge s'était quasi entièrement vidée. Il ne restait que quelques hommes ivre mort bien incapable de constater la moindre chose et l'aubergiste n'était plus au comptoir.
La jeune fille cherchait en vain un solution des yeux... Ses sort curatifs semblaient sans effet, totalement dépassés par ce phénomène qui lui était inconnu. Sans compter qu'Harok ne cessait de la harceler, la tenter, profitant de sa détresse grandissante, se nourrissant de ses pulsions les plus noires. Cherchant à se défaire de son emprise, elle frappa violemment la table avec son genoux.... Ce qui ne fit que lui infliger une vive douleur... Le meuble massif ne broncha pas, augmentant d'autant sa colère et sa frustration, sentiments que le démon mis immédiatement à profit, renouvelant son appel.
Dans un ultime effort pour se dégager, l'apostate se retourna, prête à s'élancer en direction du comptoir, lorsque une main saisi fermement la sienne, lui broyant presque les doigts.

La guerrière avait réussi à suffisamment reprendre ses esprits pour la retenir. Elle semblait vraiment très mal en point, mais elle ne tremblait plus et le sang, au lieu de couler séchait à une vitesse bien supérieure à la normale. Les coupures les plus fines se refermaient lentement et Kailly pu sentir une légère aura curative se forme autour des blessures de la guerrière...
Passé la surprise, elle constata que la lame démoniaque avait été mise à terre, au pied de la table et que ses appels avaient brutalement cessé Elle rassembla ses pensées, hasarda un regard aux alentour et entrepris de recommencer ses sorts de soin. Aërynn l'arrêta d'un geste de la main avant d'essuyer un filet de sang au coin de ses lèvres fines.

" Inutile de prendre ce risque, ce n'est rien... Ces blessures aurons disparues au matin. "

La jeune fille tenta d'insister, mais la voix du tavernier la força à obtempérer et à se rasseoir, sursautant sous le coup de la surprise.

Bien, noble ser et gentes dame, je ferme ! Que tout ceux qui n'ont pas payé leur chambre quittent les lieux ! "

Kailly regarda les videur sortir le templier et les autres éponges à l'extérieur, sans ménagement. Elle n'avait pas saisi à quel point le temps était passé vite, si l'aubergiste vidait la salle c'est que la nuit devait être vraiment très avancée...
Elle revint à Aërynn, très inquiète.

" Que.... Comment vous sentez vous ? 

- Cela fais mal, je ne peux le nier, mais le plus dur est passé, ne t'en fais pas.
Pourrais tu me trouver de l'eau fraiche et un linge sil te plait. Je dois essuyer tout ce sang, ça fais désordre.

- Tout … tout de suite ! "

La jeune apostate se précipita au comptoir pour revenir rapidement sous l'œil vitreux du tavernier.
Elle s'installa rapidement, aidant la guerrière à essuyer le sang qui lui maculai les bras. A sa grande surprise, une bonne partie des plaies se refermait petit à petit et elles étaient toute parfaitement propre, sans la moindre trace d'infection.
L'elfe quand à elle reprenait visiblement des couleurs, ce qui la rassura grandement. Elle se laissa tomber sur le dossier de sa chaise, poussant un profond soupir...
Puis soudain, comme frappée par la foudre, elle saisi sa boussole et commença à orienter sa main dans toute les direction, regardant alternativement l'instrument, sa main et sa carte. Enfin au bout de quelques secondes elle griffonna quelques notes sur son parchemin à la hâte Voyant l'expression totalement incrédule de Kailly qui semblait paralysée par la surprise, elle éclata d'un rire nerveux avant de reprendre rapidement un air plus sérieux.

Je suis désolée pour ça... Je t'aurais prévenue si j'avais su que cela arriverai ce soir... Mais pour être franche, cela arrive toujours sans prévenir..

- Vous... Vous êtes... Comme moi ?

- Hein ? Non, non pas du tout...
Non cette magie ne viens pas de moi


- Le démon ?

- Non plus, j'ai entendu ses appels, il ne peux s'en empêcher...
Non la magie que tu viens de voir est une magie bien différente.
Elle est interdite chez vous autres Shem'len. Je dois admettre qu'elle n'est pas très bien vue au sein de mon peuple non plus, mais il nous arrive d'y avoir recours parfois, pour créer certains objets par exemple.
 "

Aërynn avança sa main portant l'anneau étrange. Celui si luisant beaucoup moins mais irradiait d'une douce chaleur. Sa magie était si puissante et continue que Kailly pouvait presque la voir se diffuser dans le corps blessé de la guerrière.

" Qu'est ce ? Je n'ai jamais vu un tel objet.

- C'est un autre artefact ancien de mon peuple... Je le tiens de l'archiviste qui … M'a élevée...
Cet anneau possède un jumeau, forgé dans le même fragment d'argent, mélangé à du sang d'un esprit de compassion et enchantés de concert.


- Un esprit de compassion ?

- Pour ton peuple l'immatériel n'est habité que par des créatures maléfiques. Mais parmi les miens, nos archivistes, nos mage si tu préfère, savent et nous enseignent que l'immatériel est aussi peuplé de créatures bienveillantes, incarnant les vertus les plus pure de l'âme...

- Mais pourquoi, si de telles créatures existent, les abomination sont elles toutes maléfiques ? Pourquoi les démon sont ils toujours les seul à nous harceler …

- A dire vraie ne sais pas vraiment... Ma connaissance de ce domaine est assez limitée.
Peut être leur influence est elle plus subtile ? Le démon sont violent et direct, c'est leur nature, l'expression de ce qu'ils incarnent... Peut être ne peuvent ils communiquer autrement...


- Et si cet anneau à été forgé à partir d'un être bienveillant, comment se fait il qu'il vous inflige tant de souffrance ? Je ne comprend pas....

- Cet anneau vois tu est lié à son jumeau. Ce lien transcende les frontières de notre monde. Ou qu'ils soient, les porteurs partagent les mêmes sensations... Ce lien est si fort que si l'un des porteur viens à être blessé, une partie de sa souffrance se reporte immédiatement sur l'autre...
C'est ce dont tu viens d'être témoin... Celui qui portait l'anneau lié au miens à du être grièvement blessé et l'a mis à son doigt ensuite... Ce qui à immédiatement reporté la moitié de ses blessures et de sa douleur directement sur moi...
Mais le pouvoir de l'anneau ne s'arrête pas là. Il permet aussi à celui qui le porte de régénérer ces mêmes blessures de façon surnaturelle.


- Et vous recherchez celui qui possède l'anneau lié au votre n'est ce pas ? »

Aërynn ne dis rien, le regard fixé sur la plaie béante traversant son avant bras... La magie de l'anneau anesthésiait la douleur... Mais elle était véritablement inquiète pour celui qui avait subi réellement cette blessure. Dans quels ennuis s'était il fourré ?
Elle regarda ses notes et sa carte, perdue dans ses pensées, une expression inquiète peinte sur le visage...

- Vous l'aimez ? Vous avez peur pour lui ?

- [….]
Oui .... Mais les choses sont plus complexes... Cela fais si longtemps... J'ai été séparée de cet anneau pendant plus d'une année...
Je n'ai pas pu … « Suivre » celui qui portait son jumeau.
Peut être est il mort et quelqu'un d'autre l'aura récupéré...
[...]
Même ainsi ma traque garde du sens... Si le porteur est son assassin, il le payera de sa vie.


- Mais si l'autre porteur meurt avec l'anneau....

- Je meurt également oui... Mais si celui à qui j'ai fais cadeau de cet artefact à rejoint l'immatériel... Je n'aurai plus de raisons de continuer à vivre en ce monde...
Après l'avoir vengé... 
"

La guerrière parlai lentement, presque dans un murmure, cherchant chacun de ses mots. Son visage reflétait tour à tour espoir, mélancolie, haine et profond chagrin.
Elle semblait très vulnérable, extrêmement fatigué et abattue. Perdue dans ses pensées elle paraissait à la fois porter tout le poids du monde et ne plus en faire partie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailly
Mage du sang / Mage apostat.
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 29/04/2011

Feuille de personnage
Pays d'origine: Orlaïs
Profession / rang: Mage Apostat
Race: Humaine

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Lun 6 Juin - 13:55

Le regard du mage passait des plaies d'Aërynn à son visage exsangue, et elle passa une main tremblante dans ses cheveux. Son corps entier s'était crispé dans cet instant de terreur... Et de délice. La voix du démon avait laissé une trace en elle, presque palpable, reveillant ses vieux souvenirs, ses désirs inassouvies, le moindre regret qui avait entaché sa vie jusqu'à présent. Elle avait récupérée sa lourde choppe et trempait ses lèvres dans le cidre, cherchant dans l'alcool un peu d'oublie, un instant de répit. L'idée que des esprits bienveillants évoluent au milieux de ces démons qui la harcelait était un réconfort ainsi qu'une crainte supplémentaire. Connaissait elle si peu le monde dans lequel elle évoluait? Personne ne lui avait jamais rien appris, et ses connaissances se limitaient à ce qu'elle avait entendue au cours de ses périples.

Pourquoi les esprits bienveillants ne s'étaient ils pas intéressés à elle? L'espace d'un instant, une bouffée de haine monta en elle, lui rappelant le désir sincère qu'elle avait eu de tuer le templier, de tuer tout le monde. Était elle profondément mauvaise? Corrompue par les démons, cruelle, une bombe à retardement, prête a semer le chaos autour d'elle. C'était comme si quelqu'un avait tiré sur la col de sa robe pour laisser couler un filet d'eau glacé le long de sa colonne vertébral. L'anneau luisait doucement sur la table, maigre consolation pour Kailly qui ne pouvait rien entendre de cet esprit de compassion qui veillait sur la guerrière.

Les paroles de cette dernière était empreint d'une triste résignation, de l'amour le plus profond que l'on puisse envisager. L'abnégation total envers l'autre, l'amour entier et sans condition. Au point de préférer souffrir et mourir de chœur.

- Vous préférez la souffrance, la mort peut-être, plutot que de briser ce dernier lien entre vous...

La voix de Kailly fut briser par un sanglot et impulsivement, elle prit la main de l'Elfe et la serra doucement.

- Je n'ai pas de mot pour vous témoigner mon respect et ma profonde admiration. Le feu d'Andrasté brule en vous, Aërynn.

L'apostat glissa une petite bourse en cuire dans la main de l'Elfe et referma les doigts de la jeune fille afin de la cacher à la vue des éventuelles retardataires.

- Des baumes, quelques cataplasmes, et des racines d'Elfidée de ma composition. Cela vous serra peut-être utile. A vous, ou à 'lui'. J'aimerais tant pouvoir faire plus...

Son visage s'illumina un instant, puis elle se renfrogna, comprenant qu'elle s'apretait à faire une promesse qu'elle ne pourrait peut-être pas tenir. Kirkwall grouillait de Templiers, et elle finirait par partir un jour ou l'autre. Le plus vite étant le mieux.

- Si vous avez besoin de soin, un jour, venez ici. Si je ne suis pas présente, le tavernier pourra peut-être vous indiquez ou me trouver. Je... C'est une bien maigre promesse. Je suis désolée... Voulez vous partager ma chambre pour cette nuit? Vous semblez épuisée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aërynn
Elfe / Ranger.
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/02/2011

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Dim 19 Juin - 13:48

La réaction de Kailly amusa la jeune elfe, mais elle la surpris également...
Elle qui considérait bon nombre de shem comme généralement égoïstes, voir tant d'empathie de la part de cette fille qui avait tout à craindre des autres lui redonnais foi en l'humanité et remontait considérablement son moral.
Le geste de l'apostate la mis immédiatement sur la défensive. L'elfe failli retirer sa main brutalement, mais son bon sens repris le dessus et effaça ses réflexes instinctifs.
Pour elle, qui 'acceptait d'ordinaire le contact de personne, qui avait tranché, mordu ou lacéré bon nombre de mains trop téméraire, ce contact était à la foi effrayant et réconfortant. Un contact dont elle n'avait rien à craindre, qui se voulait rassurant et apaisant.

L'émotion de la jeune fille lui mis du baume au cœur... Son histoire devait sonné si bien, être si belle et idéale dans l'esprit de Kailly...
C'en était à la foi triste et émouvant...
Elle imaginait surement un preux chevalier sur un destrier blanc pourfendant abominations et engeances à la recherche de sa dulcinée égarée.... Une bien belle image, pourtant si loin de la réalité.
Elle ne se doutait surement pas de la tragédie qui avait fais d'elle une orpheline, de celle qui l'avait séparé de l'homme qu'elle aimait, de la douleur de ces années de captivité, de toute les souffrances que le destin lui avait infligé …

L'expression d'Aërynn était à la foi emprunte de compassion et de sympathie, mais aussi très lasse. Elle paraissait soudainement dix années plus vieille. Elle accepta de bon cœur le présent de la jeune fille, considérant l'importance de ce geste à ses yeux plus que ce que lui dictait son bon sens.
Mais lorsque la jeune fille lui proposa de partager sa chambre, son expression changea subitement, mélange de honte, de peur et de colère. Elle la savait ignorante des stigmates qui marquait le reste de son corps, mais la simple pensée que quelqu'un puisse le découvrir la paniquait au plus au point.
Elle se repris rapidement et déclina poliment, signifiant qu'elle avait déjà réservé la sienne.

Après avoir un peu repris de contenance, Aërynn plongea la main dans son sac et en retira une toute petite sacoche de voyage en cuir dont le rabat était tissé de fils d'argent évoquant des racines.

« Tiens Kailly, à mon tour de te faire un présent.
Ceci est une sacoche ayant appartenu à l'archiviste qui m'a élevé, il y à bien longtemps qu'elle n'en a plus besoin. Elle s'en servait pour ranger et conserver ses herbes et ses baumes pendant ses voyages. Je n'en ai jamais eu l'utilité et j'y ai rangé toutes les possessions de mage que j'ai hérité d'elle. Cela te sera surement bien plus utile qu'à moi. Tu est la première utilisatrice de l'Art que je juge digne de ce présent. Les autres qui ont croisé ma route n'étaient qu'égoïsme et ambitions.
Je t'interdis de refuser.
 »

La guerrière jeta un œil furtif aux alentours. Le templier avait été débarrassé par les videur, le tavernier était partis se coucher ainsi que la totalité des employés de l'auberge quand aux deux capitaines pirates, elles était depuis bien longtemps parti continuer leurs affaires dans l'intimité d'une chambre. Ne restait dans la pièce qu'un videur endormis sur sa table.
Aërynn baissa d'un ton, chuchotant presque. La faible lueur du feu mourant et des dernières torches à l'agonie lui donnait un air mystique.

« Tu trouvera dans cette sacoches trois petites fioles de potion au lyrium, cela te permettra de reprendre un peu de forces si tu viens à utiliser tes dons de façon intensive. Il y a également un anneau en argent avec des arabesque en cuivre, je crois qu'il permet de mieux canaliser les énérgies magique pure, comme le feu ou la foudre.
Enfin il y à un pendentif en écorce de fer, serti d'une petite pierre de lune ambrée. C'est un objet très puissant et ancien, ma … Mère … Le portait tout le temps, il renforce fortement la force de l'esprit de celui qui le porte. Elle me disait qu'ainsi elle pouvait plus facilement faire appel à ses « dons », mieux les contrôler et même échapper à l'appel des esprit malveillant de l'immateriel.
Je ne sais exactement si cela est vrai, je n'ai jamais rien senti de tel en le portant et je ne puis plus le porter depuis que j'ai celui ci.
 »

Aërynn montra le petit pendentif d'argent qui ornait sa poitrine, fais d'arabesque d'argent enlaçant de petits cristaux transparent.

« Ne les sort pas si tu n'est pas seule, seulement si tu est en confiance et pas dans cette ville. Les templier sont nettement plus attentif qu'ailleurs, ce pourrait être dangereux. Si tu en as l'occasion, quitte cet endroit, il y à en Thedas des lieux bien moins dangereux pour les gens comme toi.
En ferelden par exemple, les templier sont bien moins zélé, et les loi contre les apostat bien moins violentes. Même si c'est un pays un peu frustre...
Méfie toi des grandes villes d'Orlais, la chantrie y est omniprésente et les intrigues les plus sinistre ne font que peu de cas de ceux qu'elles peuvent affecter. Ce sont des citées magnifique, mais ou le danger est au moins aussi répandu qu'au plus profond des tréfonds. 
»

La guerrière tendis la petite sacoche à Kaily toujours de façon discrète. La jeune fille fut bien incapable de refuser et la cacha habilement sous sa jupe. L'apostate ne savait trop que dire, une foule d'émotions contradictoire se bousculait en elle et brouillait ses pensées déjà malmenées par les évènement et la fatigue.

« Va te coucher à présent. Je suis sure que les jours à venir serons riches en rencontres et en évènements pour toi. Tu as toute ta vie, ne la gâche pas à te cacher dans de tels lieu indigne de toi.
Souviens toi de ce que je t'ai dis, si tu peux quitter cette ville, n'hésite pas.


- Mais.... »

Aërynn posa un doigt sur les lèvres de la jeune apostate, l'intimant au silence. Puis, avec un geste presque maternel, l'invita avec insistance à aller se coucher.

«- Vas, il est tard.
Ne t'en fais pas pour moi.


- Vous reverrais-je ?

- Peut être ; qui sais ?
Dareth shiral ... "Elgar-len"
 »


La guerrière dû encore insister à plusieurs reprises avant que l'adolescente ne finisse par disparaître dans l'arrière salle.
Elle se relâcha un peu, grimaçant sous les pointes de douleurs qu'elle percevait encore des nombreuses blessures qui se refermait lentement.
Elle regarda à nouveau son anneau, sa boussole puis sa carte avant de griffonner à nouveaux quelques notes sur son parchemin. Elle devait quitter Kirkwall rapidement. Le bruit de sa présence allait se répandre. Le corps de Janos serait surement découvert flottant dans l'au des quai, et ses employeurs apprendrai rapidement sa présence... La prime offerte par les Tevintide pour sa capture leur ferai surement oublier toute finesse.
Elle devait se mettre en route maintenant.

« Le sud ouest alors. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Maître du jeu
Personnage non-joueur / Le démon du jeu.
Personnage non-joueur / Le démon du jeu.
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 14/01/2011
Exprimez-vous! : Je suis la voix du destin

MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   Dim 26 Juin - 23:31

La nuit était à présent bien avancée et l'aube ne tarderai guère à pointer son nez.
Sans un bruit la belle guerrière rangea tranquillement ses affaires et ajusta son barda pour le départ.
Elle quitta ensuite l'auberge à pas de loups, sans percevoir le regard curieux d'une jeune fille cachée dans l'ombre.

A son grand étonnement, Aërynn traversa Kirkwall sans encombres, mais elle du à plusieurs reprise enjamber des corps de brigands inanimés. Quelqu'un dans cette ville oppressante tentai de faire le ménage autant que possible visiblement.

Enfin, grâce à quelques pièces judicieusement distribuées elle pu sortir de la ville sans encombres. Avisant la position des étoiles, elle se mis en route vers le sud ouest.
Pendant ce temps, dans une petite pièce sous les toit de l'auberge du pendu, une jeune fille tentai de trouver le sommeil malgré l'émotion et l'espoir suscité par une inoubliable rencontre.

Deux destin hors des normes, l'un regardant vers l'avenir, l'autre poursuivant son passé.


RP FERME

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dragon-age-rpg.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la poursuite du temps perdu.   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la poursuite du temps perdu.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Dragon Age RPG :: Cartographie :: ◄ Thedas :: Les Marches Libre :: Kirkwall-
Sauter vers: