Forum de jeu de rôle sur l'univers de Dragon Age, jeu du studio Bioware. Affilié à Mass Effect RPG
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesPortail Bioware RPGS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Allégeance à un nouveau seigneur

Aller en bas 
AuteurMessage
Arkanis Peroigrin
Qui êtes-vous?
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/08/2011

Feuille de personnage
Pays d'origine: Ferlden
Profession / rang: Chevalier errant
Race: Humain

MessageSujet: Allégeance à un nouveau seigneur   Jeu 25 Aoû - 0:35

Nom du RP : Allégeance à un nouveau seigneur
Statut : Libre
En attente de : 1 membre (Theodore), n'importe qui peut se joindre en tant qu'observateur

Ses nouveaux appartements au château étaient mieux qu’il ne l’avait l’espéré. On lui avait alloué grâce à son titre une petite chambre bien décorée accompagnée d’une seconde pièce qui lui servait à la fois de salle de réception et de bureau. Tout était meublé avec le mobilier dont il avait besoin: lit baldaquin, garde robe, présentoir pour son armure, bureau, etc.

Un serviteur l’aidait à enfiler son armure. Il l’avait faite nettoyée ainsi que son épée, à tel point qu’elle en était étincelante. Ainsi était il certain d’être présentable pour la cérémonie de cet après-midi durant laquelle il allait devoir prêter allégeance au Iarl devant toute sa cours et tout le village. On lui ajustait son armure, il enfila son haubert et passa son tabard propre puis une fois tout équipé vérifia bien que tout était sanglé. Il c’était lavé et avait un peu réduit la taille de ses cheveux qui ne lui arrivaient désormais qu’aux épaules, sa barbe était rasée hormis la moustache et la barbiche.

Chevalier au service de la maison Crailand… Ça sonne mieux que chevalier errant.

Son or ne lui avait pas été inutile, il avait demandé au forgeron du château de lui concevoir une dague et une lance d’arçon. Ils étaient d’un superbe ouvrage, le iarl ne mentait pas en vantant les mérites de son forgeron nain bien qu’il ne valait surement pas ses maîtres d’Orzammar se doutait Arkanis. Il ceintura son poignard derrière sa nouvelle cape et se regarda dans la glace que lui tendait un serviteur.

Que n’ai-je un écuyer pour m’aider à m’armer…


Il se regarda et fut convaincu.

Tu as plus fier allure qu’il y a quelques semaines.

Envolée la crasse du voyage et les vêtements de cuir en loque, maintenant il portait de bons vêtements. Certes, pas des soieries coûteuses, mais au moins distinguait on qu’il était chevalier. Il avait peine à croire que les choses avaient tellement changées en trois semaines, mais il n’allait pas s’en plaindre, la vie au château était infiniment plus douce que celle sur les routes et au moins reconnaissait on enfin son titre.

Ce n’est pas de luxe ou de beaux vêtements que je veux. Reconnaissance, je ne demande que la reconnaissance de mon titre et de mes talents. Et même si cela ne m’est pas accordé, mon serment est plus important que tout.


Il était fin prêt. Non sans un dernier coup d’œil à la glace, Arkanis sortait de ses appartements puis se dirigea vers la grande cours. Le château était presque vide, tout le monde c’était assemblé sur la grande place du village devant la Chanterie pour assister à l’avènement d’un nouveau chevalier. Il rejoignit les écuries où un palefrenier avait toute la matinée soigné son étalon. Il monta en scelle et sortit par la grande porte, dévalant la route qui sinuait vers la bas de la colline jusqu’à la place du village.

Là, un attroupement de petits-gens se massait près de l’estrade qui avait été montée devant la Chanterie, retenus par quelques gardes armés de lances qui empêchaient la foule de s’approcher de trop près. Debouts sur l’estrade l’attendaient déjà une partie de la famille du iarl, bien que celui-ci ne soit pas encore arrivé, ainsi que la révérende mère de Chanterie locale et ses prêtresses. L’arrivée d’Arkanis a fait impression car la foule l’applaudit sur son passage, on le connaissait dans la région pour l'avoir débarrassé des brigands.

Prendre la vie à un homme, cela mérite-il des ovations?


Il se rappelait encore la façon ignoble dont Theodore avait punis le rouquin. C’était un souvenir troublant, il essayait toujours de le chasser de son esprit.

Reste concentré sur le moment présent.


Il afficha un léger sourire à l’adresse de la foule et la remercia d’un mouvement de tête gracieux. Il remarqua qu’il y avait plus de monde qu’à l’habitude dans le village, surement que des gens venant de villages voisins avaient fait le déplacement pour assister à la cérémonie et à la fête donnée en son honneur. Un banquet était donné au château le soir même, Theodore et quelques hommes avaient chassés toute la matinée pour ramener du gibier. L’événement avait mit tout le village en ébullition, comme si cette petite fête avait redonnée vie à une ville morte et il peinait à présent à entendre le héraut annoncer sa venue tant les clameurs de la foule était puissante.

Ils m’acclament comme ils m’acclamaient au tournoi il y a de ça un an. Ils ne se sont pourtant pas gênés pour le cracher dessus à mon départ…


Il le savait, le soutient de la foule était éphémère. Les petits-gens n’avaient que faire des affaires des nobles, tant qu’ils avaient à manger et de la sécurité, ils acclamaient qui on leur demandait d’acclamer et blâmaient quiconque était accusé. Que ces accusations soit fondées ou non ne changeait rien.

-Ser Arkanis, fils du Bann Edmur, de la maison Peroigrin.

Le héraut terminant son annonce frappa le sol deux fois avec son long manche de bois, provocant un échos qui résonna dans tout le village surpassant même les voix de la foule. Arkanis descendit de scelle et tandis la bride à un serviteur qui conduit son cheval et l’attacha un peu plus loin. Lui continua sa route en saluant la foule, puis grimpa une marche pour atteindre l’estrade. Il passa devant Theodore et son frère leur adressant au passage un signe de tête courtois.

-Messires.

Il passa ensuite devant les dames: la femme du iarl, la veuve du fils ainé et sa fille. Il adressa à chacune un sourire et leur baisa la main respectueusement.

-Ma dame, dit il en inclinant sa tête.

Puis, passant devant la jeune fille et lui fit une révérence avant de baiser sa main.

-Ma demoiselle.

Elle lui sourit, et il fut très gêné. Aussi idiot que ça puisse paraitre, les femmes lui faisait peur. Chez le Iarl Glewin, c’était à cause de la fille qu’il avait été chassé. Si seulement il n’avait jamais succombé à ses charmes il vivrait encore loin au nord, son honneur intact. C’était une jolie demoiselle qu’il avait en face de lui, mais il ne voulait en aucun cas que ce reproduise chez les Crailand le même scandale qu’il y avait eu chez les Glewin.

Souris lui calmement, mais ne montre rien de plus.


Il lui sourit, mais ne s’attarda pas, il alla se placer à l’avant de l’estrade puis tira sa longue épée étincelante et la dirigea pointe vers le sol, adoptant une pose des plus solennelle en l’attente de son nouveau seigneur.


Dernière édition par Arkanis Peroigrin le Jeu 25 Aoû - 4:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théodore Crailand
Qui êtes-vous?
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 31/07/2011

MessageSujet: Re: Allégeance à un nouveau seigneur   Jeu 25 Aoû - 3:59



Aethyn



Eloda


Après que son père accepta de prendre Ser Arkanis comme chevalier d'Haradorn, il ordonna aussitôt les préparatifs. On lui offrit une belle chambre, la construction de l'estrade se mit immédiatement en route. Le Iarl avait passé une commande auprès de son armurier nain pour une armure en plaque pour le futur chevalier mais celui-ci ne l'aurais qu'après avoir prêté serment.
Trois semaines plus tard, la cérémonie avait enfin lieu et elle fit beaucoup de bruit aux alentours, nombreux étaient les gens qui voulaient voir cela. Très tôt le matin Théodore et quelques hommes partirent a la chasse, elle fut d'ailleurs très fructueuses. Ils avaient attrapés quelques sangliers, chevreuils et même un hahl sauvage. Les animaux fraichement chassés furent envoyés dans les cuisines tandis que Théodore parti dans sa chambre se préparer. Toute la famille se préparait à ce jour, un jour exceptionnel qui allait accueillir un nouveau chevalier. On espérait que cela allait faire croitre le prestige et attirer de nouvelles personnes, que se soit des fermiers, chevaliers, guerriers ou autres, cela n'avait guère d'importance.
Théodore avait du mal a choisir les vêtements à porter pour la cérémonie, sa garde-robe n'était pas des plus maigres et certains de ses habits venaient d'Orlais qui était réputé pour ses vêtements élégants et colorés. Il regarda longuement ses habits, devait-il opter plutôt pour un vêtement typiquement fereldien ? Plutôt coloré ou bien plutôt avec des couleurs neutres ? Devait-il mettre des bijoux en or ? Devait-il mettre de vulgaires bottes ou bien des belles chaussures ? Bref tant de questions lui tourmentait l'esprit, cela pouvait être si dur de faire un bon choix. Il se décida de prendre son habit venu d'Orlais en Soie très coloré mais élégant, on pouvait tout de suite s'apercevoir qu'il ne provenait pas de Ferelden mais qu'importe, il devait être présentable. Ses habits venus d'Orlais n'était qu'un souvenir que l'un de ses amis qui le lui ramena et il en était fier. Bien entendu il prit un bon bain avant d'utiliser un parfum provenant d'Orlais et de se jeter dans ses vêtements. Il s'admirait devant un grand miroir tenu par une servante, rajustant a plusieurs reprises le tout.


Il n'a rien à dire, je suis tous simplement magnifique, ne trouvez-vous pas ?

Oui Sire.

Il sourit puis sorti de sa chambre et regardait si tous le monde était prêt, Eloda avait mit une magnifique robe en soie bleu ciel et portait un diadème incrusté de gemmes. Il s'approcha d'elle et lui fit une bise, elle était comme à son habitude magnifique et il se répétait souvent que son futur époux aura une sacré chance de l'avoir.

Tu es magnifique Eloda tu sais! mais cela est dans ton habitude!

Elle regardait son oncle et rougissait un peu, elle était quelqu'un de très timide et réservée, surtout après la mort de son père, elle c'était complètement repliée sur elle même et préférait se faire ronger par son chagrin. Aujourd'hui elle se confie souvent à son oncle qui la surveille et protège sans cesse, peut-être de trop même.

Merci Oncle, mais tu es aussi magnifique aujourd'hui avec tes vêtements d'Orlais.

Il lui sourit puis descendit avec elle afin de retrouver les autres. Aethyn avait des vêtements de soie bleu foncé, il portait un médaillon en or accompagné d'une cape en fourrure d'animaux mais à son habitude, il cassait l'ambiance avec sa mauvaise humeur. On avait presque l'impression que son seul but était d'agacer tout le monde, à croire qu'il n'aimait guère voir les gens heureux et souriant.

Sommes-nous obligé de faire une cérémonie pour un gueux ? ce n'est pas qu'on accueil un roi... puis où est père ? je ne veux pas passer ma journée à l'attendre ici ! disait Aethyn d'une voix agacée.

Allons mon fils, arrête de râler, tu es pire qu'un nain tu sais et si tu veux espérer devenir l'héritier tu devrais montrer une meilleure volonté. répliqua la mère. Et ton père viendra plus tard, il nous a dit d'y aller sans l'attendre.

Aethyn se contenta de grommeler et de créer une mauvaise ambiance tandis que Théodore ne se préoccupait guère de son frère ainé dont il ne portait plus d'estime. Si cela allait d'après lui, il lui mettrait un coup de pied au derrière pour ne plus devoir le supporter en Haradorn.

Le palefrenier c'était occupé et avait préparé les chevaux comme il se devait. Théodore sorti avec ses deux gardes, les trois femmes ainsi que son frère du château où attendait les chevaux. Ils descendirent la colline en se dirigeant vers la place du village, l'estrade était prête et les gardes étaient déjà présent pour garder la foule croissante à bonne distance. Une fois arrivée près de l'estrade ils descendirent et confièrent aux palefreniers du village les chevaux, Théodore proposa sa main aux femmes pour les aider à monter sur l'estrade en guise de galanterie. Ils étaient assis et contemplaient la foule qui c'était amassée afin de participer a ce jour exceptionnel tandis que le Héraut ne se fit pas attendre. Quelques minutes plus tard le chevalier arriva avec son armure, qui était aux yeux de Théodore pitoyable mais il se contentait d'être respectueux et souriant tandis qu'Aethyn ne se privait pas d'exposer son agacement. La foule accueillie Arkanis presque comme un héros alors qu'il n'était qu'un chevalier errant ayant tué trois brigands. Il ne fallait qu'attendre quelques longues minutes après la venue du chevalier pour que le Iarl fasse son apparition avec un document, il ordonna a l'un de ses serviteurs de ramener un podium sur l'estrade et de quoi écrire.
Le Iarl salua respectueusement chaque personne sur l'estrade avant de se diriger devant le podium où il mit son document, il regardait fixement la foule. Comme a son habitude il portait ses vêtements élégants de soie et ses bijoux en or, d'une voix ferme et calme il prit la parole.


Peuple d'Haradorn,

aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres pour Haradorn, aujourd'hui est un jour de fête, un jour de bonheur et d'espoir.
Depuis l'enclin Haradorn n'a plus accueilli de chevalier, ils ont tous péris pour la protection de notre bien-aimé village, ils nous ont permis de pouvoir être aujourd'hui ici et de pouvoir continuer notre vie. Nous n'oublierons jamais leur noble sacrifice.


Il reprit après une petite pause.

Le Ser Arkanis a montré qu'il était un chevalier digne de son titre, il a débarrassé Haradorn de ses brigands qui pillaient les pauvres citoyens honnêtes. Il est un rare chevalier errant avec de l'honneur, il est certes jeune mais cela ne change en rien ses qualités de chevalier. Personne ne l'avait obligé à nous aider, pourtant il l'a fait car cela est son devoir. Il sera notre premier chevalier depuis la fin de l'enclin, c'est avec joie et fierté que je puis l'annoncer ! Nous ne doutons pas un instant que cela n'est que le début vers un chemin nouveau pour nous, un chemin qui ne pourra qu'être bon pour nous tous ! Traitez-le avec respect et accueillez-le comme il se doit !

La foule criait de joie puis se tut pour laisser le Iarl continuer son discours.

Qu'il soit su et entendu de tous que Ser Arkanis prêtera serment envers nous et qu'il ne pourra en aucun cas le contester, vous serez tous témoins aujourd'hui de cet évènement. Vous saurez tous aujourd'hui, peuple d'Haradorn, qu'il aura juré au nom du Créateur son allégeance ainsi que son serment de chevalier. Afin d'avoir une preuve écrite dans nos archives il signera un document qui n'est rien d'autre son serment écrit.

Il fit un signe au chevalier de venir et lui laissa la place devant le podium sur lequel se trouvait le document qu'il devait lire a haute voix. La foule écoutait et regardait attentivement, comme s'ils attendaient quelque chose avec impatience et curiosité.

Citation :
Moi, Arkanis, déclare par ce serment m'engager à devenir chevalier d'Haradorn et le jure au nom du Créateur.

Je déclare sur mon honneur, ma vie, ma foi, être prêt à défendre le Iarl et Haradorn au péril de ma vie.

Je jure par ce serment fidélité et loyauté sans faille envers mon suzerain.

Je jure également par ce serment me vouer aux idéaux chevaleresque :

-Tu croiras à tous les enseignements de la Chantrie et tu observeras ses commandements.
-Tu protègeras la Chantrie.
-Tu défendras tous les faibles.
-Tu aimeras le pays où tu es né.
-Tu ne fuiras jamais devant l'ennemi.
-Tu combattras les infidèles avec acharnement.
-Tu rempliras tes devoirs, à condition qu'ils ne soient pas contraires à la loi divine.
-Tu ne mentiras jamais et tu seras fidèle à ta parole.
-Tu seras libéral et généreux.
-Tu seras toujours le champion du droit et du bien contre l'injustice et le mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arkanis Peroigrin
Qui êtes-vous?
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 08/08/2011

Feuille de personnage
Pays d'origine: Ferlden
Profession / rang: Chevalier errant
Race: Humain

MessageSujet: Re: Allégeance à un nouveau seigneur   Jeu 25 Aoû - 23:57

Il écoutait le discours dans sa position stationnaire l’épée pointée au sol et les deux mains se joignant sur sa garde. Le vieux iarl n’était pas si mauvais en discours, la foule semblait l’écouter attentivement. Il conclut en lui tendant un papier sur lequel était noté le serment de chevalier qu’il connaissait par cœur. Il devait signer le papier, là, devant tout le monde, il aurait préféré faire ça après la cérémonie mais puisqu’on lui tendait à présent il l’attrapa et, faisant couler la cire chaude d’une bougie que venait de lui tendre un serviteur, il apposa avec sa chevalière le sceau des Peroigrin, le faucon. Cela fait, il tendit le document puis reprenant son épée, il ploya genoux devant le iarl.

Le moment est arrivé.


Il baissa sa tête et se mit à entonner à voix haute le serment du chevalier

« Moi, Arkanis, déclare par ce serment m'engager à devenir chevalier d'Haradorn et le jure au nom du Créateur.

Je déclare sur mon honneur, ma vie, ma foi, être prêt à défendre le Iarl et Haradorn au péril de ma vie.

Je jure par ce serment fidélité et loyauté sans faille envers mon suzerain.

Je jure également par ce serment me vouer aux idéaux chevaleresque :

-Tu croiras à tous les enseignements de la Chantrie et tu observeras ses commandements.
-Tu protègeras la Chantrie.
-Tu défendras tous les faibles.
-Tu aimeras le pays où tu es né.
-Tu ne fuiras jamais devant l'ennemi.
-Tu combattras les infidèles avec acharnement.
-Tu rempliras tes devoirs, à condition qu'ils ne soient pas contraires à la loi divine.
-Tu ne mentiras jamais et tu seras fidèle à ta parole.
-Tu seras libéral et généreux.
-Tu seras toujours le champion du droit et du bien contre l'injustice et le mal. »


Cette scène, il l’avait déjà vécue il y a 2 ans quand il avait été fait chevalier de la maison Glewin loin dans le nord, à Talenhad. Ce n’était pas aussi excitant que la dernière fois, il se souvenait de ce sentiment d’invulnérabilité qui c’était emparé de lui.

Les jeunes chevaliers se croient tous invincibles disait Ser Axwell et ceux qui se prétendent invincibles finissent fatalement par découvrir un jour que ce n’est pas le cas, seulement, il est trop tard.

Malgré tout ses conseils avisés il c’était laissé envahir par ce sentiment de puissance. Le sommome de sa gloire avait été la victoire au tournoi de Talenhad où il désarçonna pas moins de 12 chevaliers à la suite. Il était si ivre de victoire qu’il avait même eu l’audace de demander à la demoiselle de Talenhad, Helena Glewin, de lui accorder une danse au banquet après la joute. Elle était si douce, si belle, et ses yeux de biche le faisait fondre. L’alcool aidant, il ne sut trop comment il finit dans sa couche ce soir là. Si seulement il avait écouté sa raison et non ses sentiments, tout aurait été différent…

Père aurait été fier de moi, j’en suis sûr. Aujourd’hui je suis un paria, obligé de vendre mes services à une maison dont je connais à peine le dirigeant…

Il n’allait pas s’en plaindre quand même. Les Crailand allaient probablement l’aider à remonter la pente, son père ne lui cracherait plus dessus et peu être même accepteront-ils dans le nord à lui accorder un duel judiciaire pour prouver qu’aucun viol n’a été commit.

Sortant de sa rêverie, il remarqua que tout les yeux étaient braqués sur lui. Doucement, il releva sa lame d’acier et la posa au sol, dirigée vers le iarl.

- Par la présente, je m’engage à vous servir, iarl Myran, de la maison Crailand. Ma lame est vôtre, depuis ce jour jusqu’à mon dernier.

-Debout chevalier.

Il s’exécuta et le silence qui devenait pesant fut brisé par un tonnerre d’applaudissement.

Ser Arkanis de la maison Peroigrin, chevalier d’Haradorn.

Il leva son épée en l’air, la foule répondit par une ovation générale.

Mon tremplin vers la gloire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théodore Crailand
Qui êtes-vous?
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 31/07/2011

MessageSujet: Re: Allégeance à un nouveau seigneur   Sam 27 Aoû - 22:10

Théodore regardait la scène sur sa chaise, il devait dire que la foule acclamait et criait après le premier venu surtout quand le Iarl le complimentait, mais la foule était toujours ainsi, il suffisait de les avoir de son côté et on pouvait faire ce qu'on voulait. Le restant de la cérémonie devant le peuple se passait sans problème, Ser Arkanis prêtait serment comme il se devait cependant Aethyn montrait sans scrupule son agacement, cela en devenait presque irrespectueux mais heureusement que la cérémonie ne tournait pas autour de lui.

Après la cérémonie la famille ainsi que le nouveau chevalier d'haradorn allèrent au château où le banquet les attendaient déjà. Ils remontèrent en cheval la colline alors que le palefrenier attendait devant le château pour prendre les bêtes sous sa garde. Ils entraient au château pour aller dans la salle de banquet et les gens prirent place à la grande table tandis qu'un groupe de barde commençait à jouer de la musique. Les premiers plats faisaient leurs apparitions comme entrée accompagnés de musique.

Pourquoi devons-nous faire de ce château une vulgaire taverne de paysans? Ce n'est qu'un gueux ! disait Aethyn d'un air agacé. Soyons honnête ce pseudo chevalier n'a fait que le travail pour l'argent ! le peuple ne l'intéresse même pas!

Tait toi mon fils ! comment oses-tu manquer tant de respect envers Ser Arkanis ? ne nous fais pas honte avec tes paroles infâmes ! Il est bien plus valeureux que toi tu le seras dans ta vie et contrairement à toi, il a aidé Haradorn ! Tu nous gâche ce beau jour ! Aller hors de ma vue crapule !

Aethyn se leva brusquement avec un air de colère et sortit de la pièce tandis que tout le monde restait silencieux, Théodore regardait chaque personne une part une, on pouvait remarquer qu'ils ne savaient pas quoi dire puis il prit son verre de vin et cria.

En ce beau jour qui refera remonter Haradorn !

Il espérait ainsi remonter un peu l'ambiance et dissiper la lourde atmosphère, les bardes commençaient une musique plus joyeuse. Théodore regardait Arkanis puis il avait eu l'idée de lui parler un peu, les gens penseraient à autre chose et certains pourraient le connaitre.

Ser Arkanis, je vous pris, parlez nous un peu de vous, je suis sûr que les Dames ici seront intéressés par mieux vous connaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Allégeance à un nouveau seigneur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Allégeance à un nouveau seigneur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée du nouveau Seigneur de Champ-Gueffier
» nouveau supplement-non officiel?
» Forum RPG seigneur des anneaux
» Tactique gobelins contre nains
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Dragon Age RPG :: Cartographie :: ◄ Thedas :: Royaumes de Ferelden (DÉNÉRIM) :: Autres lieux-
Sauter vers: